Syndicat des Travaux Publics 31 :Les TP broient du noir

Francis Cassin, président Syndicat des Travaux Public 31 et Frédéric Carré, président de la fédération du BTP de Haute-Garonne

Les professionnels indépendants des Travaux Publics sont inquiets, ils ne le cachent pas. La crise économique a, certes, affaibli le secteur mais d’autres paramètres menacent la pérennité des PME et TPE du deuxième secteur le plus pourvoyeur d’emploi privé. Le 29 octobre dernier, le Syndicat des Travaux Publics de la Haute-Garonne a sonné l’alarme.

« Chaque mois qui passe, voit toujours plus d’entreprises qui, avec des carnets de commande désespérément vides, sont contraintes de licencier et parfois même de mettre la clé sous la porte de manière définitive » constate Francis Cassin, président du Syndicat des Travaux Publics en Haute-Garonne (STP 31). Un syndicat qui fédère 300 entreprises indépendantes du département des voiries et réseaux divers, des ouvrages d’art, des terrassements et de la démolition et comptabilise un effectif de 5600 personnes. Ce dernier fond comme neige au soleil. Depuis cinq ans, ce sont 1800 emplois qui n’ont pas survécu à la crise et aux autres difficultés que rencontrent ces professionnels. Et ce n’est pas la première fois que les acteurs du secteur alertent sur leur situation. Il y a un an déjà, la Fédération Régionale des Travaux Publics Midi-Pyrénées, suite à son assemblée Générale du 16 octobre 2012, tiraient la sonnette d’alarme. S’en est suivie, le 31 janvier 2013, une journée coup de poing baptisée « Trop c’est trop ». Les TP interpellaient les Pouvoirs Publics sur les difficultés qui menacent la pérennité et la vitalité des entreprises de TP. Des appels qui ont été, a priori, entendu, mais pas « vraiment suivis d’actions. » Pour illustrer ces constats, le STP 31 a mené une enquête début octobre 2013 auprès de ses adhérents. Les éléments qui en résultent, sont alarmants. Marc Roques, dirigeant de la société Caro TP les égrène : « des carnets de commandes inférieurs à six mois pour 85% des entreprises et inférieurs à trois mois pour 40%. Un chiffre d’affaire à la baisse ou en stagnation pour 82% des sociétés interrogées. Une baisse des prix sur leurs marchés constatée par 40% des indépendants, des délais de paiement qui s’allongent, une trésorerie dégradée, des problèmes d’accessibilité aux marchés publics… ».

 

« Séparer les lots dans les marchés publics »

Et son confrère Marc Dejean de la Sogatrap de préciser : « Sur le métro comme sur beaucoup de gros projets, nous n’avons que très peu de retombées. Avec la création de la Métropole, tout est concentré sur des marchés à très haute qualification, de dimension nationale. » Car en plus de la crise, les indépendants des TP sont confrontés à ce que l’on pourrait appeler un « dommage collatéral » de la Métropole. Avant, ces entrepreneurs travaillaient directement avec les mairies et les collectivités, maintenant, les chantiers, même les plus petits, sont regroupés dans de gros marchés publics auxquels ces PME et TPE ne peuvent prétendre. Et, « les entreprises des TP dépendent à 75% des commandes publiques » précise le président Francis Cassin avant de poursuivre « malgré nos sollicitations aux élus, la situation ne bouge pas. Nous ne demandons pas d’aides ni de subventions mais une politique d’investissement utile. Il faut séparer les lots dans les marchés publics, pour que nous puissions y prétendre. » D’autres difficultés sont évoquées : le respect des délais de paiement, la gestion de la clause d’insertion dans les marchés… Pour Francis Cassin, « les collectivités ont aujourd’hui l’opportunité d’orienter leur dépenses de manière juste et efficace, pour préserver à la fois le cadre de vie de leurs administrés et la vitalité économique de leur territoire. » En période électorale, le message trouvera-t-il écho ?

Marie-Agnès Espa

 

Le chiffre

40 PME et TPE du secteur des TP disparaissent tous les ans en Haute-Garonne

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.