Situation économique en Midi-Pyrénées: La Région plane au-dessous des nuages

Dire que l’année 2011 n’a pas été d’un grand cru pour l’économie mondiale reste un pléonasme. Cependant, la France et même la région Midi-Pyrénées parviennent à tirer leur épingle du jeu, du moins jusqu’au dernier trimestre 2011, ensuite, les prévisions s’avèrent pessimistes.

 

Selon une enquête de l’Insee traitant de la situation économique, le constat n’est pas rassurant car, si le premier semestre 2011 n’a pas accusé le coût des multiples assauts de la conjoncture, le second lui, ne semble pas si stable. En effet, suite aux chocs internationaux successifs à savoir la hausse des prix des matières premières, le Tsunami au Japon et les dettes souveraines des Etats européens, la France s’en sort relativement bien puisqu’elle parvient à garder une croissance de 1.7%. Les entreprises poursuivent leurs investissements, les stocks se reforment et les ménages continuent à consommer. En Midi-Pyrénées plus particulièrement, le premier constat de l’Insee est celui d’une activité industrielle très ralentie dans laquelle le secteur de l’agro-alimentaire parvenait à se maintenir avant de subir une chute en fin d’année. Dans la même veine, mais sans diminution d’activité, au contraire, figure le secteur des transports qui, grâce à la présence d’Airbus poursuit son décollage entamé fin 2011. L’aéronautique reste effectivement le principal moteur de l’économie régionale par sa production en hausse continuelle, notamment grâce à l’enregistrement de 1 600 commandes en 2011, ce qui, automatiquement, a un impact favorable sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement. Quant aux exportations de ce même secteur, elles représentent 80% du chiffre global, soit 31 milliards d’euros, sachant qu’Airbus à lui seul en totalise la moitié. Du côté du bâtiment, l’augmentation notoire des permis de construire ne parvient pas à faire remonter l’activité même si la vente de logements neufs se maintient dans l’aire urbaine de Toulouse.

Perspectives peu réjouissantes

Aux vues de cette conjoncture peu favorable, l’emploi salarié en Midi-Pyrénées subit une baisse de 1.1% fin 2011, même si la région reste l’une des plus dynamiques. Ce sont notamment l’intérim et le secteur de la construction qui tirent ce chiffre vers le bas tandis le secteur marchand lui, stabilise ses créations d’emploi. Bien entendu, ce sont les activités aéronautiques, spatiales et le secteur des services aux entreprises qui revitalisent l’emploi salarié totalisant 7 000 créations de postes en 2011. Ainsi, seule la Haute-Garonne peut s’enorgueillir de garder un indice positif sur les départements de Midi-Pyrénées. Mais, ces créations d’emploi restent insuffisantes pour pallier à la hausse du chômage qui atteint 9.3% de la population active de la région au troisième trimestre 2011 avant de subir une nouvelle augmentation et d’atteindre les 9.6% au quatrième.

Et les perspectives ne sont guère plus réjouissantes. Le premier trimestre 2012 laisse apparaître une économie régionale toujours soutenue par l’activité aéronautique et spatiale, ce qui n’est pas une surprise. Toute la chaîne des sous-traitants et des services aux entreprises bénéficie de la bonne santé du Groupe EADS. Au contraire, le secteur du bâtiment devrait continuer à souffrir puisque les mises en chantier sont en baisse, ce qui ne devrait pas aider l’activité à redécoller. En ce qui concerne l’emploi, le chômage reste en hausse régulière et atteint les 9.9% de la population active midi-pyrénéenne au premier trimestre 2012. Mais paradoxalement, le problème peut être pris dans l’autre sens, pour finir sur une note positive : une hausse du chômage induit une arrivée importante de nouveaux actifs dans la région, ce qui valide l’attractivité de cette dernière.

 

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.