Sicoval: Les dernières délibérations

La Communauté d’Agglomération du Sud-Est toulousain tenait son Conseil la semaine dernière durant lequel les questions de financement de voirie, de gestion du Ramier de la Riverotte, de maîtrise d’énergie et d’assainissement ont été abordées.

 

Les élus de la Communauté d’Agglomération du Sud-Est Toulousain (Sicoval) se sont réunis le 10 septembre dernier afin de débattre des questions de gestion territoriale. A l’ordre du jour notamment, le financement de la voirie. Si jusqu’au 1er janvier dernier, les travaux de voirie étaient assurés par le Sicoval, puis refacturés aux communes concernées, ils sont désormais effectués directement par la Communauté d’Agglomération qui a récupéré les compétences en matières d’entretien et d’aménagement des routes. Ainsi, au lieu de facturer ces travaux aux municipalités, le Sicoval les déduit de l’attribution des compensations qui leur sont allouées. Ces dernières seront calculées en fonction des coûts des aménagements déjà réalisés l’année dernière et de leurs projets futurs.

Dans la même réunion était étudié le nouveau plan de gestion du «Ramier de la Riverotte» qui a été adopté par les élus du Sicoval. Acheté en 2010 par la Communauté d’agglomération, cet espace naturel s’étalant sur 50 hectares de la commune de Clermont-le-Fort, sera aménagé pour un coût de  418 875 euros. Les «Ramiers» devraient être praticables sous leur forme ultime dans cinq ans et permettre de préserver la faune et la flore locales, tout en canalisant le flux des visiteurs.

 

Une aide à l’économie d’énergie

 

Les élus du Sicoval se sont également penchés sur les questions de développement durable. En effet, depuis 2006, les communes faisant l’effort d’aménager leurs bâtiments publics à l’aide de dispositifs permettant l’économie d’énergie, ou du moins sa maîtrise, bénéficient d’aides de la Communauté d’agglomération. Ces subventions seront désormais étendues aux municipalités qui effectueront des études énergétiques.

Les élus se sont également vus présenter le rapport 2011 faisant état du prix et de la qualité des services publics dans lequel l’eau potable et le traitement des déchets ont fait l’objet d’un compte- rendu spécifique. Ce dernier établit le constat suivant : le prix de l’eau potable a légèrement baissé sur cette période, passant de 3.63€ le m3 en 2010 à 3.31€ en 2011. Le rapport présente également une perte d’eau au niveau de Ramonville, Auzeville et Castanet. Pour limiter cette déperdition, des travaux ont été entamés pour un coût total d’1.3 millions d’euros. En parallèle, les déchets ménagers ont vu leur volume diminuer de 3% en 2011, ce qui, allié à l’adaptation du ramassage des points de collecte, a permis de reconduire les tarifs 2010 de la redevance. Pour poursuivre dans cette direction, des études sont en cours, notamment pour la mise en place d’une redevance incitative.

 

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.