Séquestrations

Il a fallu les rites de la semaine sainte (messe chrismale, lavement de pieds, chemins de croix, vigile pascale et baptêmes d’adultes) pour redonner un peu le moral aux prêtres catholiques pris à parti par leurs fidèles et sommés d’expliquer la parole papale depuis qu’on s’interroge sur la naïveté politique d’un grand théologien, l’incapacité de bien communiquer ou plus simplement sur le don “bismarkien” ou “schmittien” de Benoît XVI adepte d’une “real politik” depuis qu’il fut le Cardinal Ratzinger de la propagation de la foi.

 
Il a fallu l’agitation – payante dans les sondages – de Ségolène Royal et de son discours anti-Sarkozy dans son Afrique natale pour qu’elle apparaisse, loin devant DSK comme la meilleure opposante au Président sortant, ayant compris que la tactique idéale était de faire du “Sarkozy” contre “Sarkozy” ; il a fallu cette nouvelle irruption dans notre paysage politique pascal pour que Manuel Valls (nouveau présidentiable PS ?) reçoive dans sa ville le traître Éric Besson, ministre de l’immigration, honni des socialistes et souligne que «le PS doit être incarné par une nouvelle génération», dénonce «l’anti-sarkozysme forcené» qui «grandit le personnage en le mettant au centre de tous les débats» et «affaiblissant la crédibilité de la gauche en l’obligeant à l’outrance» et concluant sur la Présidentielle qu’il qualifie de «question de destin et de circonstances».
Il a fallu qu’un nombre croissant de sites soient menacés de fermeture ou par un plan de licenciement sévère pour que les salariés procèdent à des séquestrations dont les sondages montrent qu’elles sont populaires. Il y a là l’expression d’une colère et d’une indignation d’autant plus grandes qu’ils ont l’impression d’être dans une situation économique qui dure et des négociations bloquées ; il y a là l’utilisation de l’arme ultime de la négociation dépassant les syndicats et apparaissant comme un sursaut de dignité médiatisé attirant l’attention sur un sort considéré comme injuste. Faut-il y voir les prolégomènes très 1788 (la “mal-démocratie”) d’un 1789 de la multiplication (jacobine et girondine) des séquestrations ?
Il a fallu une modification du droit fiscal pour rendre possibles, au pays de Voltaire, la vente de produits financiers “charia compatibles” et permettre à la finance islamique en France de s’implanter grâce à ses banques (il y a cinq millions de musulmans en France) et de faire respecter ses principes (bannissement de l’intérêt, de l’usure, de la spéculation ; l’investisseur ne vend que ce qu’il possède, partage avec sa banque ou son partenaire commercial ses bénéfices comme ses pertes et s’interdit d’investir dans les secteurs jugés illicites comme l’alcool, la restauration non hallal, les jeux de hasard, la pornographie ou les armements). Cette finance islamique, au pays de la séparation de l’Église et de l’État et de la laïcité, répond aux interrogations de certains musulmans tout autant qu’elle fait naître de nouveaux besoins chez les autres. On crée l’offre avant la demande, principe tout ce qu’il y a de capitaliste, celui-là…
Il a fallu le recul par rapport au G20 pour constater qu’un certain nombre de décisions qui étaient attendues ont été prises mais qu’en revanche «les décisions qui auraient pu constituer de véritables ruptures ont été évitées» selon Daniel Cohen qui regrette que n’ait pas été proposée une innovation révolutionnaire consistant à «créer un véritable FBI international de la finance qui aurait eu les moyens et la responsabilité de contrôler les grandes banques transnationales.»
Il a fallu la nouvelle médiatisation de l’acte de piraterie dans l’Océan Indien pour mieux comprendre, à l’aune de l’action militaire de la France ou des États-Unis, que la géopolitique de l’Océan Indien avait déjà quittée la focalisation sur le 101ème département français (Mayotte, plus républicaine que jamais !) pour revenir vers la corne de l’Afrique et démontrer qu’à défaut de police maritime efficace et internationale, le droit international resterait décidément plus un droit en puissance qu’un droit en situation !

Stéphane Baumont,
Constitutionnaliste


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.