Sanofi : La ville et l’Etat s’en mêle

Pierre Cohen, accompagné du Président de la Région Midi-Pyrénées Martin Malvy et du député Christophe Borgel, a été reçu mardi dernier par Chris Viehbacher, Directeur général de Sanofi Monde, Christian Lajoux, Président de Sanofi France et Elias Zerhouni, Président Monde Recherche et Développement. Le maire de Toulouse a rappelé son incompréhension et son inquiétude, après l’annonce de la future réorganisation de la recherche pharmaceutique de Sanofi, qui pourrait menacer le laboratoire de recherche de Toulouse et de nombreux emplois.  «L’argument avancé stigmatisant l’environnement scientifique de Toulouse est inadmissible, au moment où l’Oncopole est en plein essor. Cette année, deux projets scientifiques toulousains, Captor et Toucan, ont été retenus par l’Etat pour jouer un rôle moteur dans la recherche contre le cancer. L’installation d’une chimiothèque sur l’Oncopole, il y a à peine un an, montre par ailleurs l’intérêt de Sanofi pour le site toulousain. Je reste donc très vigilant sur les décisions qui seront prises sur l’avenir du laboratoire de recherche de Toulouse et sur les emplois qui y sont rattachés.»

Le Comité Centre d’Entreprise qui s’est déroulé jeudi dernier et devait apporter des éclaircissements aux salariés en grève, n’a été qu’un oiseau de mauvais augure puisque non seulement on parle de restructuration mais aussi de fermeture complète. Les salariés peuvent désormais compter sur le soutien du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, qui affirme surveiller de près les dirigeants de Sanofi suite à «leur plan social abusif». Car les laboratoires réalisaient 5 milliards d’euros de profits l’année passée et affichent déjà un chiffre de 2.5 milliards pour cette année… qui n’est pas terminée, pourtant, selon diverses sources, près de 2 500 salariés seraient menacés.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.