Rénover le financement immobilier par le crowdfunding

post-item-a8f5cfc4-1218-4c59-aa0c-035222cd8df7

Développement. Ou comment une “boîte” toulousaine propose le financement participatif pour l’immobilier.

Par Amélie Phillipson

Financer un projet sans passer par les banques, on sait depuis un moment que c’est possible grâce au crowdfunding. Dès 1875, cette technique a notamment permis le financement de la statue de la liberté. En échange de dix dollars, on recevait une mini-réplique de la fameuse statue. Aujourd’hui, internet, par le biais notamment des réseaux sociaux a considérablement développé le financement participatif. De la même manière qu’on l’utilise pour récolter des dons, le crowdfunding permet de recruter des investisseurs. Initialement créé en 2008 comme plateforme de crowfunfing spécialisée dans l’investissement, WiSEED a étendu son action à la production immobilière avec WiSEED immobilier. Pourquoi ce secteur ? Nicolas Sérès, co-fondateur de WiSEED, explique que “la pierre fait partie de la culture française, c’est quelque chose que tout le monde connaît”. Intégrer le crowdfunding à l’investissement immobilier, c’est donc là que réside le concept innovant de WiSEED. En théorie, n’importe quel citoyen peut mobiliser son épargne, ce qui casse le monopole professionnel. Etonné qu’il n’y ait personne d’autre sur ce marché du financement participatif immobilier, Nicolas Sérès explique que des opérateurs immobiliers font désormais appel à WiSEED pour rechercher des sources de financement, à l’heure où “les gens en ont marre d’avoir des intermédiaires”. A l’heure du net, en trois clics, les investisseurs ont indépendamment placé leur argent. D’autant plus que dans le contexte économique actuel, une fois toutes les sources de subventions épuisées, les sociétés ont du mal à trouver des fonds propres par le biais d’investisseurs professionnels, c’est-à-dire les banques.

 “Cela peut révolutionner l’économie comme Uber révolutionne les taxis”

D’où l’idée d’inviter chaque citoyen à investir dans l’immobilier, à l’échelle qu’il peut. Le profil des quelques cinquante mille investisseurs particuliers de WiSEED demeure les catégories socio-professionnelles supérieures, le seuil minimal d’investissement étant de 1000€. On le sait, le temps, c’est de l’argent. Du côté des opérateurs immobiliers, le crowdfunding permet aussi de réduire considérablement le temps nécessaire pour lever des fonds, en agrégeant un maximum de particuliers sur un projet. Une opération a ainsi récolté un million d’euros en cinq jours seulement, auprès de 278 investisseurs. Selon Nicolas Sérès, WiSEED permet de “construire quelque chose qui, si ça ne tombe pas entre les mains des mauvais financiers, peut révolutionner l’économie comme Uber révolutionne les taxis”. Difficultés ? Un frein réglementaire, tout d’abord. Par exemple, WiSEED ne peut pas utiliser des investisseurs venant des Etats-Unis ou de Hong Kong par exemple. Ils viennent pour la plupart de la zone euro. Un désagrément du travail sur le web : le niveau de fraude important est important. Quand “on brasse de l’argent, pour le dire grossièrement”, dit Nicolas Sérès, il faut faire preuve d’une grande vigilance.

Quelques soient les défis qui pourraient attendre WiSEED, cette initiative demeure une première dans l’immobilier en France. L’objectif 2015 pour WiSEED immobilier ? Lever vingt millions d’euros.

 



3 COMMENTAIRES SUR Rénover le financement immobilier par le crowdfunding

  1. Isabelle dit :

    Bonjour, très bon article, j’ai déjà testé ce démarche et je n’ai pas regretté.

  2. Crowdfunding Immobilier dit :

    Bonjour,

    Moi aussi, mais j’ai essayé le crowdfunding immobilier locatif qui permet de se constituer un patrimoine et de générer des revenus locatifs. C’est une autre sorte de crowdfunding mais c’est plutôt innovant.

    Disons que ça permet d’investir dans l’immobilier sans les freins liés à un emprunt… puis ça permet aussi de diversifier ses investissements.

  3. immocratie dit :

    immocratie, plateforme de crowdfunding immobilier, a la chance de participer à l’essor de ce nouveau type de placement. la révolution ? pouvoir investir de petits montants dans l’immobilier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.