Projet Reflets® Compans « 125 000 clients potentiels »

« Le site de Compans porte un lourd passé !

 

Ce n’est pas trahir un secret que de constater l’échec du centre commercial de Compans Caffarelli… tout du moins dans sa forme actuelle. Pour y remédier, MAB Development, spécialiste du développement de la mixité dans les fonctions urbaines, a racheté le complexe pour le rénover entièrement. Serge Khavessian, Directeur Général Délégué de MAB Development France, revient sur les raisons d’un tel insuccès et présente le projet de son groupe.

 

Serge Khavessian, quelle est la mission première de MAB Development suite au rachat du centre commercial de Compans Caffarelli ?

Notre métier consiste à développer des projets de commerce. Avec le temps et l’évolution de l’industrie immobilière commerciale, la stratégie du groupe s’est réorientée vers la restructuration de pôles de centre-ville pour les rafraîchir et les adapter au commerce d’aujourd’hui. C’est dans ce cadre que s’inscrit notre projet de réhabilitation de Compans Caffarelli. Il s’agit de reprendre un centre qui a déjà vécu mais qui a été affecté par un certain nombre de problèmes puisque, bien que placé au cœur de la ville, il ne fonctionne pas. Fort heureusement, les deux enseignes présentes parviennent à tirer leur épingle du jeu. Carrefour Market enregistre près d’un million de clients par an, et le McDonald’s 300 000, ce qui reste considérable dans un contexte perturbé. La mission était donc de racheter l’ensemble dans un premier temps, puis d’élaborer un plan de restructuration et de redynamisation, et enfin de commercialiser le tout. Le cœur du sujet étant de prendre le contre-point de ce qui a été fait, à savoir un centre replié sur lui-même où la lumière naturelle passait difficilement, où il n’y avait aucun dialogue entre l’intérieur et l’extérieur.

 

Vous avez donc pensé une nouvelle identité pour le centre commercial ? 

Nous allons ouvrir le centre, que nous avons baptisé « Reflets® Compans », en positionnant une verrière monumentale construite dans un matériau moderne, à savoir le TFE qui s’avère plus léger que le verre. Ainsi, la visibilité sera accrue sur le boulevard Lascrosses. Nous ouvrirons également des puits de lumière, si bien que le niveau inférieur sera lui aussi baigné de la lumière naturelle. Les Toulousains entreront ainsi dans une série de commerces en centre-ville s’établissant sur un parcours commercial agréable agrémenté de zones de pause, de restauration, de services. Nous souhaitons nous écarter de la galerie traditionnelle pour proposer un espace nouvelle génération. Pour aboutir à un tel projet, nous avons interrogé les Toulousains, questionné les habitants du quartier, les utilisateurs… et les attentes sont unanimes : plus de lumière, de convivialité, d’enseignes de proximité. Les gens souhaitent se rendre dans le centre pour se promener, trouver un lieu d’échange entre le boulevard et le parc botanique, et non pas pour réaliser une simple course. De plus, la station de métro, qui draine 4 millions d’utilisateurs par an, dispose d’une sortie connectée au centre. Or, lorsque nous observons cette connexion, nous sommes atterrés par la manière dont elle est exploitée, en matière de design, de fluidité, de confort de passage. Nous avons donc aussi porté notre attention sur cette station Compans Caffarelli.

 

Concernant les commerces, combien d’emplacements sont prévus ?

D’abord, il convient de préciser que le Carrefour Market et le McDonald’s seront conservés et continueront leur exploitation durant la réalisation des travaux. Ces deux enseignes devraient également être reconfigurées pour plus de cohérence avec le reste du site. Ensuite, nous disposerons de quatre moyennes surfaces et d’une vingtaine de boutiques, restaurants et services.

Etant au tout début du projet, puisque nous venons d’annoncer son positionnement et son nouveau nom, nous nous apprêtons tout juste à lancer la commercialisation lors du Mapic (Marché international de l’implantation commerciale, du 13 au 15 novembre à Cannes, ndlr). Mais le site porte un lourd passé et attirer les enseignes n’est pas aisé. Nous devons donc faire nos preuves.

 

Vous évoquez « un lourd passé » du centre commercial. Quelles en sont les raisons ?

Le centre a largement souffert d’erreurs de conception mais également de problèmes extrinsèques notamment celui du retard de l’ouverture de la station de métro Compans Caffarelli et de la coupure que représente le boulevard Lascrosses. Ce dernier était un obstacle pour le centre mais cela sera corrigé notamment par le travail de Joan Busquets qui œuvre pour le compte de la ville. Ainsi, le non-fonctionnement du centre n’est pas dû uniquement à un défaut structurel mais ce dernier a aggravé la situation. Un commerce doit se voir, doit créer un dialogue avec son environnement, or Compans est replié sur lui-même. Aujourd’hui, nous souhaitons adapter ce centre aux besoins et attentes des Toulousains en l’ouvrant à l’extérieur. De plus, le parking attenant, offre 1 000 places de stationnement, ce qui reste l’une des forces du centre.

 

Quels seront justement les atouts de Reflets® Compans ?

D’abord, le centre pourra compter sur la qualité de ses boutiques. Aujourd’hui, les deux grandes marques déjà présentes (McDonald’s et Carrefour Market, ndlr) sur le site, effectuent un travail remarquable. De notre côté, nous allons commercialiser les espaces disponibles à de très belles enseignes. Ensuite, nous attendons beaucoup des travaux importants qui seront réalisés pour rendre le centre à la vue des passants et améliorer son accessibilité. Pour finir, le « ciblage » sera également l’une de nos forces. Nous avons étudié les clientèles et les publics alentours et savons désormais que les riverains sont demandeurs. De même, à dix minutes à pied, se trouvent 125 000 clients potentiels. Quant aux faiblesses, nous espérons ne pas en avoir, contrairement au centre tel que nous le connaissons aujourd’hui.

 

Quel aura été le budget total d’un tel projet ?

Travaux, frais d’ouverture et aménagement compris, l’investissement global se monte à hauteur de 30 millions d’euros. Le début de la rénovation devrait avoir lieu au deuxième semestre 2014, pour une livraison au premier semestre 2016.

Propos recueillis par Séverine Sarrat

MAB Development – filiale de Rabo Real Estate Group – est un promoteur européen spécialisé dans l’immobilier commercial et les projets multifonctionnels de centre-ville. Partenaire des acteurs publics et privés, la société réalise notamment des solutions intégrées pour des projets de centre-ville réunissant commerces, logements, bureaux, activités de loisirs, équipements publics et parkings.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.