Plan de Relance en Midi-Pyrénées; 930 millions mais des inquiétudes

Le Préfet de région vient de l’annoncer : au lieu des 600 millions d’euros attendus dans le cadre du Plan de Relance pour 2009, ce seront 930 millions qui seront débloqués dont une grande partie en Haute-Garonne. Des projets sont déjà engagés mais la région résiste-t-elle aussi bien à la crise, comme le laisse entendre la Préfecture ?

 
930 millions d’euros au lieu des 600 annoncés, c’est un joli cadeau pour notre région qui tente par le biais de diverses mesures de relancer la machine économie et emploi. «Le Plan de Relance en Midi-Pyrénées se déroule très bien», confie le préfet Dominique Bur. «Les crédits sont engagés et dépensés avec un réel impact global sur l’économie.» En effet, à ce jour, 68 % des investissements publics ont été engagés et 34 % payés. Parmi les opérations lancées grâce au Plan de Relance et notamment au remboursement anticipé de la TVA versée aux collectivités (224 millions supplémentaires en 2009) : des infrastructures routières (rénovation de la RN124), l’aménagement du territoire (aéroport de Rodez-Marciac), des travaux dans l’enseignement supérieur et la recherche (logements étudiants, sécurisation des établissements universitaires), des investissements dans les grandes entreprises publiques (EDF, La Poste)…
Autre grande priorité du Plan de Relance : le logement. Un programme de 600 logements locatifs sociaux s’ajoute à l’objectif initial de 4 600 pour l’année 2009. Des chiffres jamais égalés dan la région. Ce genre de satisfaction pousse d’ailleurs le préfet à croire en l’avenir : «La situation en Midi-Pyrénées s’est moins dégradée que dans d’autres régions, tout d’abord grâce à sa structure industrielle et économique : l’aéronautique, le spatial et l’agroalimentaire.»

15 millions d’euros pour le chômage partiel

Mais cet optimisme ne doit pas masquer d’autres chiffres plus inquiétants. Le nombre de demandeurs d’emploi a progressé de 1,2 % en un mois et en 2009, Midi-Pyrénées enregistre une hausse de 17,2 % soit 25 200 inscriptions supplémentaires au Pôle Emploi. L’intérim recule de 15, 4 % en un an et les offres d’emploi de 6,6 %. Même si ces chiffres restent inférieurs à la moyenne nationale, ils ne parviennent pas à masquer certaines réalités de la crise : les plans sociaux comme Molex, Freescale ou Altran, ou encore les difficultés des PME. A ce sujet, Hubert Bouchet, directeur régional du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, avoue : «L’Etat a financé pour l’instant 15 millions d’euros de chômage partiel dans les entreprises, soit 4,3 millions d’heures de janvier à juillet. Ce qui représente dans la région 36 000 salariés dans plus de 1 000 entreprises.» Le préfet note quant à lui que Toulouse assiste aujourd’hui à «une stabilisation voire un ralentissement des lignes de production dans l’aéronautique» et que «les patrons de PME et TPE étaient très inquiets pour la rentrée de septembre.» A ce titre, le 13 octobre, un comité de suivi doit se réunir pour étudier les chiffres de l’activité du mois après une période estivale peu propice pour booster l’économie.

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.