Médiation du crédit aux entreprises : le bilan à 5 ans

4.8 milliards d’euros de crédits accordés à 32647 entreprises (dont plus de 187 millions et près de 1700 entreprises en Midi-Pyrénées) : le dispositif national de médiation du crédit aux entreprises a 5 ans. Retour sur les chiffres et les objectifs d’un plan de terrain anti-crise et anti-faillite.

 

 

187.3 millions d’euros de crédit débloqués en Midi-Pyrénées, 1698 dossiers acceptés sur 2080 demandes d’entreprises en difficulté et surtout 944 entreprises confortées dans leur activité et près de 21000 emplois préservés : les chiffres sont là, et le dispositif de la « médiation du crédit aux entreprises », lancé en 2008, semble efficace. Pour la seule Haute-Garonne, ce sont plus de 33 millions d’euros débloqués et 531 dossiers instruits et clos, avec un taux de médiation réussie de 64%, soit un peu plus, tout comme au niveau régional avec 65%, qu’au niveau national. Pour la France entière, ce sont quelque 40411 entreprises, majoritairement TPE et PME, qui ont saisi le médiateur et 4.8 milliards d’euros débloqués. Porteuse de ce bilan, la médiatrice nationale du crédit aux entreprises, Jeanne-Marie Prost, parcourt les villes françaises et faisait le 13 septembre un point à Toulouse, en présence du médiateur régional, Patrick Berger, directeur régional de la Banque de France, et du Préfet, Henri-Michel Comet.

 

Médiation du Crédit aux Entreprises : pourquoi, comment ?

 

C’est au plus fort de la crise financière dite « de 2008 » que le dispositif de médiation du crédit aux entreprises a été lancé par le gouvernement Sarkozy. Objectif : ne pas laisser les entreprises seules face à leurs difficultés financières et trouver, par le biais d’un médiateur neutre et de confiance, une solution avec les banques. Ouvert à toute entreprise de tout secteur et de toute taille, le système a donc vocation à relancer le dialogue entre l’entreprise et son partenaire financier qui n’a pas forcément la même évaluation de la notion de risque et la même appréhension des perspectives de marché, notamment à l’export. Comme en témoigne le patron de PGME, fabricant d’équipements de pression pour les forages pétroliers basé à Albi, qui a contacté le médiateur en 2012 suite à un appel d’offre gagné en Algérie nécessitant d’augmenter la production mais qui effrayait son banquier. Le cap difficile passé, la PME a gagné de nouveaux contrats, prévoit d’embaucher trois personnes et affiche 400% de croissance ! Il reste que, après l’affluence (100 dossiers déposés par mois en 2008), le nombre d’entreprises sollicitant le médiateur s’est tassé depuis 2010 mais relève souvent de situations plus difficiles dans un contexte de croissance qui ne revient pas. Le dispositif reste, en tout cas en théorie, simple, en cinq étapes avec dépôt d’un dossier sur internet et des solutions proposées en une semaine, le tout en toute confidentialité et avec une concertation de proximité. Dernier conseil aux entreprises en difficulté : ne pas attendre d’être en situation d’urgence !

Alexandra Foissac

www.economie.gouv.fr/mediateurducredit

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.