L’Université de Toulouse signe sa convention quinquennale de site avec le CNRS

L’été est là mais l’Université de Toulouse n’est pas en vacances !

C’est dans la bonne humeur et en se félicitant de la cordialité et de la rapidité des échanges aboutissant à ce partenariat officiel que l’Université de Toulouse et le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) signaient le 8 juillet leur convention quinquennale de site. A peine une semaine après la signature, devant le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, et le Commissariat Général à l’Investissement et Agence Nationale de la Recherche, de la convention attributive de l’Idex (Initiative d’Excellence dans le cadre des Investissements d’Avenir), l’Université de Toulouse marque donc un nouveau pas en avant dans sa volonté de fédération et de promotion de l’excellence toulousaine.

A travers ce partenariat, officialisé pour cinq ans, avec le CNRS, il s’agit pour l’Université de Toulouse (et donc ses membres : UT1, UT2, UT3 Paul Sabatier, INPT, INSAT, ISAE), d’inscrire la stratégie de recherche toulousaine dans une dynamique nationale et aussi, sur le terrain, de simplifier le quotidien de la vie des laboratoires, souvent des UMR (Unités Mixtes de Recherche) sous double tutelle. Politique de site, meilleure coordination et gestion des ressources, complémentarité, cartographie des expertises, le tout en lien avec les évolutions récentes de la politique nationale de recherche et également avec le programme européen Horizon 2020, les mots d’ordre du jour voulaient augurer d’une ambition et d’un rayonnement renforcés pour la recherche toulousaine. Au programme de cette convention, six thématiques prioritaires, reflet des compétences locales et misant sur l’interdisciplinarité, ont été identifiées : Espace/Aéronautique/Systèmes embarqués, Mathématiques/Sciences et Technologies de l’Information et de l’ingénierie, Sciences de la matière, Sciences du vivant, Univers/Espace/Planète/Environnement, ou encore Humains/Territoires/Organisation/Société. La communication et diffusion des savoirs, la mise en œuvre d’une vraie politique européenne et internationale et des clauses spécifiques relatives aux questions de propriété intellectuelle et aux partenariats et à la valorisation sont également prévues.

Si la convention signée le 8 juillet entre en fait en vigueur rétroactivement au 1er janvier 2011, Marie-France Barthet, présidente de l’Université de Toulouse s’est en tout cas réjouie de « cette grande première qui s’inscrit dans la lignée de la politique et de la stratégie scientifique de site ». « Nous construisons un cercle vertueux dans lequel la recherche apporte des réponses aux questions posées par l’industrie et aux défis sociétaux et produit des connaissances pour améliorer le bien-être des citoyens » a conclu Alain Fuchs, président du CNRS.

 

Alexandra Foissac



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.