L’UIMM agite le drapeau de la compétitivité

En novembre dernier, avec le « Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi » dévoilé par Jean-Marc Ayrault, Jean Luminet, président de l’UIMM Midi-Pyrénées (Union des industries et des métiers de la métallurgie), se déclarait satisfait « que le mot de compétitivité ne semble plus écorcher la bouche de certains politiques ». Aujourd’hui, il propose quatre « voies de progrès à approfondir. »

Prendre le problème à la base. L’orientation est le premier point abordée par Jean Luminet qui rappelle l’inadéquation de l’offre de formation avec les besoins de l’industrie. Il préconise, entre autres, de renforcer les liens entre l’école et les industries afin de promouvoir les entreprises et les métiers industriels. Le président de l’UIMM met également l’accent sur « le renforcement de l’attractivité de l’alternance auprès des jeunes et des PME. »

Autre problématique, la modernisation du marché du travail doit passer selon lui par : « des dispositifs préventifs visant à préserver l’emploi ; un encadrement juridique plus adapté à la gestion de l’emploi ;  la mutualisation du reclassement externe des PME ; et des mécanismes de retour rapide à l’emploi. »

Mais l’enjeu (de taille) de la compétitivité française comme régionale, ne pourra être relevé sans une « amélioration du dialogue social ». Pour Jean Luminet, cela signifie qu’il faut donner la priorité à la négociation collective, plutôt qu’aux contrats individuels de travail. La représentation des salariés doit également être repensée, selon lui, afin d’être « plus efficace, plus lisible et mieux adaptée à la réalité des entreprises et aux attentes des salariés pour éviter le recours à la rue ou au juge. »

Enfin, dernière « recommandation », et non des moindres : revoir le financement de la protection sociale, soit « supprimer les cotisations familiales universelles et étrangères au champ d’intervention des entreprises » et « baisser les cotisations de 6 points, ce qui permettrait de gagner 65 millions d’euros ». Pour rappel, le taux de prélèvement dans les entreprises est de 65,7 % en France contre 46,8 % en Allemagne, 38,7 % en Espagne et 35,5% au Royaume Uni.

L’industrie Midi-Pyrénéenne en chiffres :

-          Chiffre d’affaires : + 5,5% en 2012

-          Exportations de la filière : + 36%

-          Importations : +14%

-          4000 postes à pourvoir en 2013 : ingénieurs (42%), techniciens (35%) et ouvriers (23%)

 

Coralie Bombail

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.