Luc Crinon: « J’ai toujours voulu créer mon entreprise »

©Franck Alix/JT

Cogérant de la société Diagnostic Immobilier MCP depuis 2008, Luc Crinon a en lui la passion de l’entreprenariat. A tel point que ce Toulousain de 35 ans qui connaît bien la musique, a fait du bien-vivre en entreprise son credo.

« On ne peut pas faire tout ce que l’on aime, alors il faut aimer ce que l’on fait. » Cette devise que sa grand-mère lui a enseignée, Luc Crinon a choisi de la faire sienne tout au long de son parcours. Avec son acolyte François Pelisson, il est à la tête de Diagnostic Immobilier MCP, spécialisée dans le contrôle technique des bâtiments (électricité, gaz, amiante, plomb, termites, mesurage) depuis 2008. « Comme je suis un passionné de l’entreprenariat, j’ai toujours voulu créer mon entreprise» raconte ce Versaillais d’origine, « converti » à Toulouse. Une partie de sa famille étant originaire du Sud-Ouest, Luc Crinon passe toute son enfance à Tarbes.  L’année du Bac, il s’envole pour Paris mais, hasard de la vie ou pas, un BTS Action Co le ramène ici en 1998. Jeune diplômé, une expérience en agence immobilière (parmi d’autres dans le domaine informatique notamment) finit par le convaincre : « Les métiers de l’immobilier sont vivants. Ils permettent de partir à la découverte des biens et des personnes. Je m’y sens à l’aise » confie Luc Crinon. Et les multiples casquettes qu’il doit revêtir chaque jour au sein de sa PME, ne lui font pas peur, bien au contraire : « je suis à la fois technicien, commercial, comptable, je m’occupe aussi du juridique au sein de l’entreprise» explique-t-il, « mais je ne pleure pas sur mon sort, cela fait partie du jeu. Cela évite la routine, c’est stimulant. J’ai besoin d’absorber du travail parce que je suis quelqu’un qui s’ennuie très vite.»

Des valeurs héritées de ses parents

Mais le rendement à tout prix ne fait pas non plus partie de son vocabulaire. Le bien-vivre en entreprise, Luc Crinon en a fait son credo. Tout comme avec ses collaborateurs, cet homme au naturel affable s’attache à faire montre d’écoute et de pédagogie envers ses clients : «On est là pour veiller à la sécurité des bâtiments et des personnes. Alors je les rassure car lorsqu’il faut effectuer de lourds travaux de correction par exemple, on n’est pas toujours annonceurs de bonnes nouvelles. » Ces valeurs, Luc Crinon les a héritées de ses deux parents, professeurs de musique. Ils lui ont d’ailleurs transmis cette autre passion qui l’a mené jusqu’au Conservatoire pendant vingt ans. Piano, violoncelle, cor d’harmonie et alto à l’époque, puis batterie et guitare aujourd’hui, Luc Crinon est un touche-à-tout d’une grande humilité, capable de « beaucoup d’autocritique. » Dans son bureau de la rue Bouquières, des maillots sont accrochés au mur : «Je fais du sport devant ma télé » plaisante-t-il. Mais quinze années durant, il pratique aussi le basket, le ski et le tennis. « Ces activités » dit-il, l’ont « ouvert sur le monde.» De même pour son entreprise, Luc Crinon continue à voir grand tout en restant prudent. Les fausses notes ne sont pas ses amies.

Claire Manaud



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.