Lettre ouverte à F. Hollande : “Trouvez une solution au dysfonctionnement du RSI”

Lettre à - Géraldine VasquezParce qu’elle n’a pas sa langue dans la poche, Géraldine Vasquez, gérante d’un bar-restaurant dans la Haute Garonne, a décidé de mettre son énergie à combattre un système qu’elle juge injuste pour les indépendants : le RSI. Entre les manifestations à Paris à l’appel de l’association Sauvons Nos Entreprises, celles qu’elle organise au RSI de Balma et les réunions d’information sur le Mouvements Des Libérés dont la prochaine réunion se tiendra le 30 janvier à Toulouse, rien n’arrêtera sa détermination à faire de ce combat, celui de tous. Aujourd’hui, cette « indépendante normale et en colère s’adresse au président de la République normal ».

 

À l’attention du Président de La République François Hollande,

« J’aurais aimé ne pas avoir à vous écrire, mais la situation dans laquelle se débattent, depuis plusieurs années, les dirigeants de TPE/PME de notre pays face au RSI et aux charges sous lesquelles ils croulent, me l’impose.

Charges sociales, impôts, empilement de réglementations et d’obligations, la liste serait longue à établir, les chefs d’entreprise sont exaspérés ! Les entrepreneurs souffrent. Le niveau de trésorerie baisse, les faillites d’entreprises sont de plus en plus nombreuses occasionnant des drames humains dans de nombreuses familles.

Plusieurs associations ont pointé du doigt les dysfonctionnements du RSI qui pousse de plus en plus d’indépendants vers la fermeture. Deux courants s’affrontent. Ceux qui veulent supprimer ce régime, comme le Mouvement Des libérés, et ceux qui veulent le réformer, comme Sauvons nos Entreprises. En 2012, même la cour des comptes à qualifier de « désastre industriel » la gestion de cette caisse, faite normalement pour nous protéger et assurer notre retraite, et qu’avez-vous fait depuis ? Rien. Ou alors, de petites mesurettes par-ci, par-là, mais rien de concret. On ne soigne pas une hémorragie avec un simple pansement !

« Faites confiance aux entrepreneurs. »

Vous voulez faire des réformes pour diminuer le chômage ? Faites confiance aux entrepreneurs. Au lieu de chercher à nous taxer toujours plus, trouvez une solution au dysfonctionnement du RSI et à une baisse de nos charges, confiez ce dossier à des personnes expérimentées qui connaissent les vrais besoins des entrepreneurs, et non à des énarques et à de haut-fonctionnaires. Alors, vous verrez que nous créerons des emplois et une croissance nécessaire à la relance de notre économie. À titre d’exemple : pour chiffre d’affaires égal, le commerce de proximité crée 3 fois plus d’emplois que les grandes surfaces, et pourtant plus de 6 entreprises de proximité disparaissent chaque heure, soit plus de 63 100 rien que pour l’année 2015.

J’ai décidé de me battre contre vous et contre toute personne qui n’a pas encore compris que nous souffrons, et qu’aujourd’hui nous n’accepterons plus que votre gouvernement, mais aussi, les politiques passés et à venir, ne nous plie à des lois qui ne reflètent pas la réalité des travailleurs de ce pays. Nous voulons vivre de notre travail, et ne plus engraisser vos portemonnaies. Je continuerai à descendre dans la rue avec Sauvons Nos Entreprises, j’informerai encore qu’il existe un autre moyen que le RSI, grâce au Mouvement Des libérés, et s’il faut suivre des gens comme le Parti de Rien ou Mobilisation-Générale pour pouvoir faire changer les choses, alors je les suivrai.

Rendez-nous notre dignité et notre plaisir de travailler, nous sommes épuisés physiquement et moralement, nous n’accepterons plus de travailler dans ces conditions. N’oubliez pas que nous sommes, encore, l’économie de ce pays, que nous sommes peut-être asphyxiés, exaspérés, mais pas résignés ! »

Géraldine Vasquez

 

 



4 COMMENTAIRES SUR Lettre ouverte à F. Hollande : “Trouvez une solution au dysfonctionnement du RSI”

  1. COUDERC Pascal dit :

    Mesdames, Messieurs les politiques,

    Je suis un entrepreneur parmi les 2 millions 800 mille qui exerçons notre activité dans notre beau pays qu’est la France riche de son savoir faire, de sa culture et de ses idées innovantes.

    Nous, les petits artisans, les commerçants, les indépendants, les libéraux de toutes professions confondues, nous sommes et nous contribuons à cette richesse, et ça, nul ne peut le récrier.

    Asphyxiés par des charges qui nous empêchent de développer nos entreprises, de créer des emplois que nous serions à même de proposer si nous n’étions pas si durement et injustement taxés , nous ne voyons d’autre issue que de déposer le bilan augmentant ainsi le taux de chômage en France.

    Mais le pire, Mesdames et messieurs les politiques, ce n’est pas le chiffre du chômage qui ne cesse d’augmenter même si je suis bien conscient qu’il s’agit là d’un indicateur qui va droit dans les paramètres électoraux, mais c’est bien le nombre de suicides chez les artisans et chefs de PME qui ne cesse d’augmenter avec 180 morts en 2014 nous arrivons allègrement à 2 suicides par jour, laissant derrière eux, femmes, enfants, amis, ouvriers, désemparés !

    Alors que les accidents de la route tuent 9 personnes par jour !

    Certes, il est plus facile de culpabiliser chacun d’entre nous sur nos comportements qui engendrent des catastrophes routières mais qu’en est-il des suicides ? Sur qui repose la faute ?

    Que faisons-nous pour éviter de telles situations, que dire à ces enfants qui ont vu leur parent trimer chaque jour pour les éduquer, leur inculquer des valeurs dont celle du travail et qui se retrouvent seuls, abandonnés, incapables de pouvoir comprendre ?

    N’entendez-vous donc pas l’épuisement du peuple ?

    Ne voyez-vous pas qu’il ne croit plus en nos institutions, en vous qui êtes sensés nous représenter !

    Avec un taux d’abstention qui frôle les 50% aux dernières élections vous ne pouvez continuer à mépriser ce peuple qui vous fait vivre, qui vous porte car sans lui vous n’existeriez pas !

    Que vous faut-il de plus ? Plus de suicides ? Plus de personnes sous anti dépresseurs ? Plus de personnes dans les hôpitaux ? Encore plus d’expatriés ? Encore plus de chômeurs ?

    Ce n’est pas ça la France, ce n’est pas dans ce pays que j’ai grandi, je suis né et j’ai grandi en France, le pays de libertés et des droits de l’Homme, le pays de Voltaire, Diderot, Chateaubriand… mais aussi de Coluche qui n’a pas eu besoin de casquette politique pour venir en soutien à ses concitoyens sans en attendre une quelconque reconnaissance !

    Mais je vote aussi en France dans l’espoir de voir les choses changer… je n’attends pas de promesses on en a tellement entendues ! Pas de paroles en l’air, nous n’en n’avons que faire !

    Parce que nous sommes des citoyens français, fiers de travailler et d’investir en France, nous sommes les boucs émissaires de cette société qui s’en prend à nous en nous infligeant des cotisations qui ne sont en rien justifiées.

    Devons nous, comme les grosses sociétés nous délocaliser dans les pays étrangers afin de pouvoir survivre ? Afin d’échapper aux huissiers lâchés par les URSSAF, le RSI, les tribunaux !

    Redonnez aux français l’envie de travailler, l’envie de s’investir, l’envie de créer ! Redonnez leur cette fierté d’appartenance qu’ils ont perdue !

    Arrêtez de traquer les artisans, les commerçants, les professions libérales qui sont la clé de la prospérité de ce pays !
    Entendez les que diable !
    Pourquoi autant d’acharnement, d’injustice ?
    Quel intérêt à nous voir disparaître alors que nous sommes dans le palmarès des créateurs d’emplois ?

    Eh oui ! Seuls 8 groupes du CAC 40 figurent dans les 100 premiers créateurs d’emplois !
    Intrigant non !
    Alors que la palme revient aux entreprises de services à la personne !

    Nous ne demandons pas d’être exonérés de charges, nous demandons à ce qu’elles soient justes, tout simplement !

    Voilà, Mesdames et Messieurs les politiques la parole d’un entrepreneur qui n’ose plus espérer, persécuté au quotidien par le RSI qui lui demande des cotisations dont ils sont dans l’incapacité d’en justifier le montant !

    Je vais donc faire partie de ces gens qui découragés mettent la clé sous la porte mais la tête haute d’avoir voulu participer à la croissance de son pays même si ses dirigeants n’en sont pas conscients.

    Je crois pouvoir dire être le porte parole de plus de 2 millions de français soit 6,2% des électeurs et nous ne faisons pas partie des abstentionnistes !

    Mesdames, Messieurs les politiques vous ne pouvez continuer à nous mépriser de la sorte ! Ecoutez- nous et réagissez au nom du droit et de la liberté de chacun.

    Un français parmi les français !

    Pascal COUDERC

  2. ficarra dit :

    Bonjour, j’ai 43ans et j’ai fermé ma STE en plomberie chauffage qui fonctionner très bien et de puis le SRI me demande des sommes astronomiques après plusieurs visites au SRI le même propo on peut rien faire il faux payer, je considère cela comme du raket, car QUAND ont gagne un chiffre d’affaire de 10 et le SRI vous demande de payer 11 et sur tous ne veulent rien savoir, je considère que le gouvernement nous raket, alors maintenant quoi faire, le SRI ces un système qui ne sert à rien oui à nous voler, et aujourd’hui je ne suis plus fier d’être Français.

    • Géraldine Vasquez dit :

      Bonjour,
      je suis la personne qui a écrit cette lettre. Vous pouvez me contacter via mon face book : Géraldine La Rebelle. Je me ferais un plaisir de vous aider dans vos démarches, et essayer de vous trouver des solutions.
      Bonne journée

  3. RSICONJOINT COLLABORATEUR EN COLERE dit :

    Bravo pour cette lettre ! Il faut se battre, partager sur les réseaux sociaux, informer, être solidaire…
    http://www.mesopinions.com/petition/politique/retraite-conjoints-artisans-commercants/17723

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.