Les Scop du secteur de la communication: Un nouvel outil de développement mutualisé

Les Scop de la communication de Midi-Pyrénées ont accueilli à Toulouse, le 22 octobre dernier, Denis Dejeu, secrétaire général de leur Fédération nationale venu leur présenter Madeinscop, nouvel outil de travail permettant la mutualisation des moyens. Explications.

 

Un outil efficace, c’est ce qu’il manquait aux Scop de la communication en Midi-Pyrénées pour leur permettre un développement significatif. Pour remédier à ce vide, leur Fédération nationale s’est dotée d’une nouvelle interface internet visant à centraliser les appels d’offres destinées aux Scop. Denis Dejeu, secrétaire général de la Fédération nationale des Scop de la communication, présentait donc le mois dernier, à Toulouse, le tout nouveau Madinscop. Cette plateforme nationale récolte des appels à projets, identifie la demande du client pour ensuite contacter les Scop dont les compétences correspondent au travail proposé.  Ce système de mutualisation des services permet ainsi à Madinscop de présenter une réponse rapide et efficace au client et au prestataire d’accéder à des marchés jusque-là fermés. De plus, les chargés de missions ont pour priorité de présélectionner des Scop à proximité du client ce qui favorise l’économie locale. «Avec Madinscop, j’ai l’opportunité de pouvoir répondre à des appels d’offre de grands groupes que je n’aurais jamais pu approcher seul», explique Christophe Gernez, fondateur et gérant de la Scop Dans le champ qui produit et réalise des films et agit également dans le multimédia et l’événementiel.

 

Un service gagnant/gagnant

 

Effective depuis 2011, Madinscop propose un service gagnant/gagnant en permettant aux sociétés de trouver rapidement les prestataires dont ils ont besoin mais ils l’offrent également aux Scop en défaut de compétences. «C’est un système à double sens», précise Christophe Gernez, «si un groupe cherche à mettre en place un plan de communication efficace, il choisira de le faire sur support papier, sur le web et en film publicitaire. Dans le champ, pourra assurer la partie filmée mais je n’ai pas les compétences pour l’imprimerie et l’internet. Je vais alors faire appel à Madinscop qui se chargera de compléter l’offre, en mon nom.» Ce type de commandes directes est en réalité, la plus grosse partie des demandes de clients, les appels d’offre ne représentant que 30% du chiffre d’affaires de Madinscop.

Cet outil de mutualisation des moyens «est plus qu’un coup de pouce», affirme le gérant de Dans le champ, «il s’agit bien d’un travail de fond qui a été réalisé et qui correspond à l’état d’esprit des Scop.» Sentiment partagé par beaucoup d’autres gérants de coopératives puisque les objectifs financiers fixés par Madinscop sont pour l’instant atteints. «Ils se sont donnés deux ans pour dégager 600 à 800 000 euros de chiffre d’affaires, et c’est bien parti», termine Christophe Gernez.

 

Séverine Sarrat

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.