Les experts-comptables et l’Etat se mobilisent

Bruno le Besnerais et Henri-Michel Comet.

L’Ordre des experts-comptables de Midi-Pyrénées et la préfecture de région viennent de signer une convention de partenariat. Première du genre, elle présente un double objectif pour ces professionnels du chiffre : l’engagement de faire connaître aux chefs d’entreprises les mesures gouvernementales en cours et d’informer en retour l’Etat sur les difficultés au quotidien de ces TPE/PME.

Midi-Pyrénées compte environ 70 000 entreprises de 1 à 100 salariés. «Ces TPE/PME ne font pas de bruit, produisent énormément de valeurs ajoutées, continuent à embaucher ou du moins maintiennent l’emploi. Elles sont le coussin sur lequel repose toute notre économie et constitue l’essentiel de notre clientèle» déclare Bruno le Besnerais président du conseil régional de l’Ordre des experts-comptables de Toulouse Midi-Pyrénées. Ces professionnels du chiffre, ils sont près de 800 dans notre région, viennent de signer une convention avec l’Etat, « déterminante » souligne le préfet de région Henri-Michel Comet : «car les experts-comptables ont la confiance très immédiate du chef d’entreprise.» Au cœur de ce partenariat, premier du genre : le Crédit d’Impôt Compétitivité et Emploi (CICE), le contrat de génération et les dispositifs de soutien mobilisables pour accompagner les entreprises en difficultés.

«Créer un climat de confiance et de dynamisme »

En clair, il s’agit pour les experts-comptables « au contact de la réalité-terrain », d’informer les TPE/PME sur ces « trois thèmes d’actualité» : «Nous sommes quelque part une délégation de service public, notre ministère de tutelle étant le ministère de l’Economie et des Finances. Notre rôle est donc d’être un facilitateur des mesures que prend le gouvernement» explique Bruno le Besnerais. En retour, cet échange doit permettre à l’Etat « d’avoir un écho de ce que pensent ces entreprises. Dans cette période difficile, il faut vraiment créer ce climat de confiance et de dynamisme» ajoute Henri-Michel Comet, « cette convention marque une coopération bijective dans le respect de l’éthique des uns et des autres.» Un « coup de pouce très concret de la part des services de l’Etat» dont se félicite Bruno le Besnerais, alors qu’«actuellement, on voit par exemple en Midi-Pyrénées, certains de nos clients dans l’industrie, hors aéronautique, commencer à déclencher du chômage partiel, en raison d’un petit creux d’activité.» Les deux parties s’engagent ensuite « à se voir régulièrement » précise Catherine d’Herve, Directrice régionale de la Direccte. Un bilan de cette convention sera présenté dans un an, avant de se poursuivre sur d’autres sujets.

 

Claire Manaud



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.