Le développement économique par Alain Chatillon

Le sénateur-maire de Revel, également président du pôle de compétitivité Agrimip Sud-Ouest Innovation,  Alain Chatillon, était l’invité lundi dernier du Club Forums initié par les élus du groupe « Toulouse métropole d’Europe » (Marie Déqué, François Chollet, René Bouscatel, Chantal Dounot-Sobraques et Serge Didier).

 

Une salle pleine pour parler économie, voilà qui a dû réjouir Alain Chatillon, avec une introduction « musclée » signée Marie Déqué, et qui marque une nouvelle fois la prise de distance avec Jean-Luc Moudenc et la question de la dette zéro qui n’est désormais plus tabou pour « Toulouse métropole d’Europe » : « La dette zéro était un choix, mais qui commence à être passéiste. Nous sommes pour une dette raisonnable et un emprunt populaire. » Cette réunion-débat fut l’occasion pour Alain Chatillon de démontrer l’importance des enjeux actuels avec la crise que nous subissons : « Nous sommes à un moment de notre histoire ou nous devons vraiment construire un avenir à nos jeunes. »  Et pour atteindre un tel objectif le maire de Revel, chef d’entreprise reconnu, émet de sérieuses réserves quant à l’action de la classe politique : « Il y a un réel manque de culture économique de nos élus. » Autre cible pour le sénateur, l’Education nationale : « Le monde de l’entreprise n’est pas assez reconnu par le monde de l’enseignement. Les vrais emplois d’avenir sont d’ailleurs ceux qui viendront des formations en alternance … » Autre sujet de controverse introduit par Alain Chatillon, celui de la fameuse Banque publique d’investissement  lancée par le gouvernement Ayrault : « Nous avons aujourd’hui trois organismes, le FSI (fonds stratégique d’investissement), la caisse des dépôts et consignations et Oseo, qui fonctionnent. Cette nouvelle banque publique ne va faire qu’alourdir l’existant … On nous dit également que ce sont les conseils régionaux qui en seront les guichets. C’est donc une nouvelle fois la puissance publique qui va intervenir pour le secteur privé. Je ne suis pas certain que cela fonctionne. » D’ailleurs l’homme du Lauragais ne se prive pas d’imprégner son discours d’un libéralisme qui pourrait, selon lui, être salvateur : « Une simplification de toutes nos strates est nécessaire, sinon nous allons aller dans le mur. C’est par l’innovation que nous sortirons par le haut. »t Il est à noter la présence à ce rendez-vous de nombreux acteurs de la vie économique toulousaine dont Claude Terrazonni, l’ancien président de la CCIT, de Nicole Calvinhac, présidente régionale de l’ordre des experts comptables, ainsi que de nombreux chefs d’entreprises.

Thomas Simonian

 

Alain Chatillon est le président du pôle de compétitivité Agrimip Sud-Ouest Innovation. Ce pôle de compétitivité autour des secteurs agricoles et agro-industriels, est né en 2007, et court aujourd’hui sur Midi-Pyrénées et Aquitaine : « Nous discutons aujourd’hui avec une autre autre région pour bâtir un grand Sud-Ouest autour de notre démarche. »



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.