Le BTP attend les grands travaux

Le secteur fait partie des grandes victimes de la crise en Haute-Garonne mais attend avec impatience les grands chantiers lancés par les collectivités.

 
Le bâtiment a tremblé jusque dans ses propres fondations en 2009. La cause à la crise financière mais également à ses conséquences : l’arrêt brutal des travaux publics commandés par les collectivités. «Elles ont gelé ou différé leurs programmes suite à la réforme de la taxe professionnelle», explique Patrick Cavagné, représentant de la fédération BTP31 au Medef. Résultat : une année noire pour l’intérim (-14 %), des baisses d’effectifs (-4 %), des dépôts de bilan et liquidations (+32 %) et un recul du chiffre d’affaires (-5 %). Alors que le BTP représente en Midi-Pyrénées 31 000 entreprises pour 88 500 salariés, le secteur se reconstruit lentement en 2010 : «Nous avons bénéficié du grand chantier du tramway mais celui-ci touche à sa fin. On assiste à des mises en chômage technique et des licenciements. Mais dans le Grand Toulouse, les travaux vont reprendre dans les mois qui viennent après une mise en attente due à l’arrivée de la nouvelle municipalité toulousaine», note P. Cavagné.

 

Toujours l’aéronautique…

En effet, la volonté de Pierre Cohen, maire de Toulouse et président de la Communauté Urbaine, de remettre à plat tous les projets en cours (et initiés par ses prédécesseurs) a fortement mis à mal le secteur du BTP. Mais les professionnels constatent une reprise des chantiers dans les zones d’aménagement de Niel, Borderouge et Montaudran. «Les mois à venir sont marqués par des programmes phares comme le déménagement du Parc des Expositions à Aussonne pour un investissement de 250 millions d’euros. Nous attendons également la construction du quartier de la Cartoucherie, les aménagements de la gare liés au passage de la LGV et le lancement de deux lignes de tram supplémentaires.»
Autre raison de garder espoir : la bonne santé du secteur aéronautique et spatial qui entraîne l’arrivée de vagues de population chaque année dans le Grand Toulouse et donc un besoin en habitat. Enfin, même si «la mairie de Toulouse est très loin de ses objectifs en termes de logements sociaux», les programmes HLM continuent. En attendant et malgré une très mauvaise année 2009, le BTP poursuit ses recrutements : les entreprises de la construction estiment à 4 800 le nombre de postes salariés à pourvoir à court terme dans la région.

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.