L’avenir de l’économie régionale au 2e Forum de l’Industrie

A l’occasion de son 2e Forum de l’Industrie, la CCI de Toulouse évoquait l’avenir de l’économie régionale en proposant de mettre en place des Domaines d’Activités Ciblés sur fond de marché en croissance et de « smart specialisation ».

 

 

C’est au cœur de la « Semaine nationale de l’industrie » et alors que les CCI françaises lui consacrent 2013, que la Chambre de Commerce et d’Industrie de Toulouse organisait le 20 mars son 2e Forum de l’Industrie. Près de 400 participants ont répondu présents à l’appel d’Alain Di Crescenzo, président de la CCIT, pour venir débattre du thème, porteur et prometteur, de cette 2e édition : « Quelle industrie de demain pour le territoire ? ». Au travers des conférences, tables-rondes et rencontres d’affaires, d’autres mots clefs ont émaillé la journée reprenant les leitmotivs du moment, mobilité, compétitivité, attractivité, nouveaux usages, transition environnementale, et mettant l’accent sur des présentations et rencontres d’entreprises des secteurs des TIC, des systèmes embarqués et de l’agro-alimentaire. Car s’il faut se réjouir de la vitalité actuelle de l’aéronautique et de ses carnets de commande florissants, il faut aussi connaître les risques de la mono-industrie et donc diversifier et renforcer l’économie régionale vers de nouveaux secteurs de croissance, ont repris en chœur les différents institutionnels présents. Et savoir s’appuyer et valoriser les atouts locaux qui sont, notamment, ceux de l’attractivité, du capital humain, des infrastructures et du dynamisme économique.

 

Du PAM pour les DAC : l’industrie de demain en Midi-Pyrénées

 

L’avenir, c’est lors d’une table-ronde intitulée « Quelle ambition industrielle pour le territoire toulousain ?» qu’il a été esquissé. Dans sa volonté d’avoir « un coup d’avance » sur les régions concurrentes et émergentes, la CCIT vient en effet de mener une étude pour évaluer les forces et faiblesses régionales et définir une liste de Domaines d’Activité Ciblés capables de différencier Midi-Pyrénées. En croisant les compétences (recherche notamment) et les filières existantes et en misant sur des marchés à forte croissance, une petite dizaine de « DAC » ont été pré-listées parmi lesquels on retrouve la mobilité durable, la ville intelligente, l’agriculture précise, la conception numérique ou encore la e-santé ou les dispositifs médicaux appliqués par exemple au cancer, au vieillissement et au maintien à domicile. D’ici fin 2013 et en concertation avec les acteurs économiques, la CCIT entend avoir priorisé 4 ou 5 DAC qui bénéficieront d’un « Programme d’Accélération vers le Marché ». « Il faut aller vite et ne pas faire du millefeuille ! » affirme-t-on à la CCIT. Derrière ces DAC, il s’agit de créer des écosystèmes transverses, de mieux utiliser les filières supports, de travailler l’attractivité tout en sachant s’adapter à l’évolution des usages et des marchés, et surtout il s’agit pour Alain di Crescenzo « d’aller montrer au monde la richesse des savoir-faire régionaux » ! Voilà une stratégie qui a un petit air de « smart specialisation », concept lancé par la Commission Européenne en 2011 et prônant une vision stratégique et intelligente du développement économique régional basé sur une spécialisation territoriale sectorielle… A suivre !

 

 

Alexandra Foissac



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.