La Pyrénéenne victime de la SNCF

Direction Villeneuve-les-Bouloc, petit bourg qui abritait le siège de « La Pyrénéenne », une entreprise BTP de plus de 80 salariés dont la renommée n’était plus à faire. La preuve, son carnet de commandes  était quasi plein pour 2012. Pourtant le 17 juillet dernier, le tribunal de commerce a prononcé sa liquidation judiciaire. La faute à un conflit non résolu entre l’entreprise et la SNCF à propos du chantier de la ligne TER entre Toulouse et Saint-Sulpice. Un projet qui avait nécessité la création d’un consortium avec le groupe Eiffage et qui avait été évalué par la SNCF et RFF (réseau ferré de France) à 10,3 millions d’euros. Mais ledit chantier, qui aura duré plus d’un an, connaîtra un dépassement de coûts de près de 3 millions … Une addition « salée » que ni la SNCF, ni RFF ont souhaité honorer. Le résultat est aujourd’hui social avec des salariés désormais au chômage et des sous-traitants « à l’agonie » (230 personnes concernées au total.) Une ultime rencontre avec le ministre Montebourg et des manifestations organisées par les salariés n’auront pas suffi à sauver « La Pyrénéenne ».



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.