La flexibilité au travail Un moteur de productivité

Avec la création du ministère du redressement productif, le gouvernement Ayrault a mis la compétitivité des entreprises au cœur du débat politique, et a fait de l’entreprenariat une priorité nationale dans la course à la croissance. Dans cette optique, la flexibilité au travail représente un levier non négligeable.

Aux dires des entreprises françaises interrogées lors d’une enquête réalisée par Régus*, qui ont mis en place une méthode de travail flexible, 69% d’entre elles constatent une amélioration de leur productivité. Du côté des salariés, ils sont 54% à avoir noté une amélioration de leurs conditions de travail et de leur santé. Ainsi, la flexibilité revêtirait un double avantage : à la fois celui de l’augmentation du chiffre d’affaires et celui du bien-être des collaborateurs. Plus de la moitié des personnes sondées pensent même que les gens chercheront de plus en plus des emplois à temps partiels, à un moment donné de leur carrière pour pouvoir aménager leur temps de travail. Ce phénomène tend à s’amplifier puisque 61% des personnes interrogées déclarent travailler plus souvent en dehors de leur bureau. Pour Frédéric Bleuse, directeur général France de Regus, « l’amélioration des technologies de communication, ainsi que la demande des employés en faveur d’un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle, ont permis à la flexibilité au travail de s’imposer comme la règle. C’est une évolution qui me semble positive, d’autant plus qu’elle n’allait pas de soi dans un pays [la France, ndrl] encore culturellement attaché aux contacts humains et aux modes de travail traditionnels ! »

En parallèle, 69% des entreprises constatent que leur productivité, et donc leur chiffre d’affaires augmente depuis la mise en place d’un travail plus flexible et parmi ses dernières, 63% attribue une relation de cause à effet à la flexibilité et au productivisme. Ce qui ne veut pas dire pour autant que les salariés sont laissés à l’abandon puisque, au contraire, ils sont 54% à se sentir mieux. Quant à leur motivation, ils sont 62% à ressentir une stimulation plus forte.

Il serait donc possible de relier la flexibilité au travail et le chiffre d’affaires d’une entreprise, cependant cela demande des installations particulières et des investissements que toutes les entreprises ne sont pas prêtes à faire.

 

Séverine Sarrat

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.