La filière aéronautique et spatiale : L’euphorie perdure en 2013

Suite à l’étude menée par l’Insee Aquitaine et Midi-Pyrénées, la bonne santé de la filière aéronautique et spatiale est confirmée. Avec 1 430 entreprises, générant 124 000 emplois, sur le Grand Sud-Ouest, le secteur d’activité reste donc l’un des piliers indispensables à l’économie locale.

13.8% des salariés du secteur marchand de Midi-Pyrénées travaillent dans le secteur aéronautique ou spatial à la fin 2012, soit 123 750 personnes sur toute la région Sud-Ouest (Aquitaine comprise), réparties sur 1 430 entreprises. A eux seuls, Airbus, Dassault, ATR, Trubomeca, le Cnes, Astrium, Thales Alenia Space, Herakles, Microturbo et le CEAT (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) emploient 35 258 personnes en Midi-Pyrénées. Le « noyau » de la filière aéronautique et spatiale, c’est-à-dire les maîtres d’œuvres et les constructeurs, regroupent ainsi 50 000 salariés sur le Grand Sud-Ouest, dont 35 000 dans notre région. Quant à la supply-chain, elle totalise 68% des emplois du secteur d’activité. Mais comme l’avaient annoncé certains économistes locaux, les cadences de productions n’ont certes cessé d’augmenter depuis 2010 suite aux commandes records enregistrées par les donneurs d’ordres, mais les bureaux d’études et l’ingénierie ne sont plus autant sollicités, Airbus n’ayant pas annoncé de nouveaux projets. Depuis le début 2012, l’activité commence à fléchir légèrement en Midi-Pyrénées, pour se stabiliser en 2013. Il n’en reste pas moins que l’activité reste soutenue et bénéficie essentiellement aux entreprises du secteur de la construction aéronautique et celles de la métallurgie, les fournisseurs de composants et les systémiers-intégrateurs régionaux tirant particulièrement leur épingle du jeu. En revanche, la partie tertiaire de la filière et les sociétés de moins de 10 salariés ont du mal à garder le cap.

Un secteur qui recrute

Si le secteur de l’aéronautique reste stable, il n’en est pas de même pour le spatial qui lui, s’avère plutôt atone. En effet, depuis le début de l’année dernière, la production ralentit même si les entreprises de Midi-Pyrénées parviennent à résister grâce au dynamisme des commandes passées à l’ingénierie. Mais cette conjoncture varie en fonction de l’importance des entreprises : celles employant 10 à 249 salariés observent un recul d’activité quand les plus petites enregistrent encore une progression. Sur l’ensemble de l’année, le bilan est toutefois en repli.

Mais, tant pour l’aéronautique que le spatial, ce léger ralentissement n’est pas signe de danger car si les chaînes de production n’évoluent plus aussi rapidement, elles sont exploitées à plein régime, et restent dynamiques, permettant ainsi des créations d’emplois essentiellement chez les fournisseurs industriels de la métallurgie, la construction aéronautique et spatiale ainsi que les fabricants électriques et électroniques. De même, le secteur de la maintenance aurait fortement recruté en Midi-Pyrénées. Au total, sur les 6 000 salariés embauchés dans le Grand-Sud-Ouest en 2013, 80% l’ont été dans la région, les systémiers-intégrateurs et les sociétés d’ingénierie étant particulièrement en demande (8 entreprises sur 10 ont exprimé le besoin de recruter). Mais si ces dernières restent dynamiques et pourvoyeuses d’emplois, elles dépendent presque exclusivement du marché aéronautique et spatial (85% de leur chiffre d’affaires). La résistance de la filière est donc primordiale pour le tissu économique local.

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.