La Fédération des promoteurs immobiliers: Le président change, pas les orientations

La Fédération des promoteurs immobiliers de Midi-Pyrénées vient d’élire son nouveau président en la personne de Patrick Saint-Agne qui succède à Philippe Poilleux. Les actions menées jusqu’ici seront poursuivies, le chef de file de la FPI l’assure, tout en y apportant quelques améliorations.

 

Tous les trois ans, la présidence de la Fédération des promoteurs immobiliers tourne pour arriver cette année entre les mains de Patrick Saint-Agne, fondateur de Saint-Agne Promotion. Un défi à relever aux vues de la conjoncture actuelle. Il prend la succession de Philippe Poilleux, directeur résidentiel de Crédit Agricole Immobilier qui, par manque de candidats potentiels, avait dû renouveler son mandat : «Je ne souhaitais pas aller au bout de mon second mandat car je ne me suis représenté que parce qu’il n’y avait aucun prétendant au poste… puis Patrick Saint-Agne s’est manifesté et je suis prêt à lui lâcher les rênes», se justifie Philippe Poilleux. Par ce changement de gouvernance, les deux hommes vont tenter de garder une ligne de conduite similaire contrairement «au gouvernement de Droite comme de Gauche qui, dès leur prise de pouvoir, changent toutes les législations, rendant ainsi notre travail très difficile et en constante adaptation», poursuit-il. Pourtant, les prix restent relativement stables en Midi-Pyrénées. Pour pouvoir entrevoir une baisse sensible de ces derniers, les promoteurs préconisent une augmentation des constructions, ce qui reste encore difficile eu égard au coût du foncier et des matériaux de fabrication. Du côté des professionnels, la production a chuté en 2012, «mais rien d’imprévisible», assure Philippe Poilleux.

 

La loi Duflot intéressante

 

«La Fédération des promoteurs immobiliers de Midi-Pyrénées est restée transparente et j’entends bien qu’elle le reste», affirme de son côté Patrick Saint-Agne, le nouveau directeur de l’organisation. Même s’il avoue avoir longtemps réfléchit avant de s’engager dans cette nouvelle aventure, il prend désormais sa mission à bras le corps pour faire face «à l’urbanisme qui devient de plus en plus compliqué et à la crise». En tant qu’entrepreneur indépendant, il est actuellement propriétaire de trois sociétés et craignait un manque de temps, mais sur les conseils de Philippe Poilleux, «j’ai dit pourquoi pas ?» Il sera épaulé par Christian Dubos qui occupera le poste de Délégué régional de la FPI. Il aura pour mission d’assurer la représentation de la fédération auprès des collectivités locales et des décideurs. Il arbore également le rôle d’animateur des différentes commissions internes qui élaborent les axes principaux de l’organisation.

A eux deux, ils abordent toutefois une année 2013-2014 sous le signe de l’inquiétude mais avouent ne pas savoir à quoi s’en tenir car la loi de défiscalisation Duflot qu’ils craignaient tant, ne sera finalement qu’une loi Scellier bis, quelque peu aménagée. A ce propos, Patrick Saint-Agne divulgue son premier conseil en tant que président de la Fédération des promoteurs immobiliers Midi-Pyrénées : «Si vous avez un projet bien ficelé, il faut le concrétiser avant la fin de l’année pour bénéficier des avantages de la loi Scellier. A l’inverse, il n’est pas nécessaire de précipiter pour acheter un bien à tous prix, puisque la loi Duflot qui entrera en vigueur le 1er janvier 2013, ne changera pas grand-chose !»

 

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.