La Caravane des entrepreneurs: Halte à Toulouse

La Caravane des entrepreneurs plante ses tentes à Toulouse le 18 septembre prochain, pour offrir aux entrepreneurs ou aux porteurs de projets, les conseils avisés d’experts, qu’ils soient assureurs, banquiers, avocats ou experts-comptables. Dans l’objectif d’accompagner au mieux les Toulousains qui souhaitent se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat, Jean-Paul Debeuret, l’organisateur, revient sur son fonctionnement.

 

Que vont trouver les entrepreneurs ou les porteurs de projet en se rendant sur la Caravane ?

D’abord, ils seront reçus par les consultants permanents de la Caravane qui réalisent un diagnostic à l’entrée. Ils identifient le projet (création, reprise, intégration d’un réseau de franchise, développement ou transmission d’entreprise) pour définir les besoins et les difficultés du porteur de projet. Puis, en fonction de ce diagnostic, le visiteur est orienté d’une part vers les experts de la Caravane et d’autre part vers les conférences que nous animons tous les jours. Ces experts sont avocats, experts-comptables, banquiers, assureurs… et reçoivent avec le même professionnalisme que s’ils étaient dans leur bureau, excepté que, sur la Caravane, la prestation est gratuite et sans rendez-vous.

 

Vous proposez donc des entretiens individuels mais aussi des conférences, quel est l’intérêt de mêler les deux ?

L’avantage est qu’ainsi, les entrepreneurs ont accès à plusieurs approches. Les conférences étant collectives, elles permettent de faire le tour des problèmes, de manière générale, de les identifier. Puis le porteur de projets rencontre, de façon personnalisée, un conseiller qui étudiera son cas particulier. Par exemple, la semaine dernière, lors de la conférence sur le thème de la transmission d’entreprise, nous parlions d’une approche générale des démarches à effectuer, mais une personne qui détenait l’immobilier de son entreprise dans l’actif du bilan et qui avait des actionnaires minoritaires, avait besoin de réponses concrètes et précises… Bref, autant de particularités qui ne sont pas traitées dans les conférences mais dans les entretiens personnalisés.

 

Une des conférences traite de la reprise d’une entreprise saine ou en difficulté, quels sont les risques concrets ?

Nous identifions d’abord les approches à tenir pour la reprise d’une entreprise saine ou en difficulté, les différences de valorisation et les critères de décision car, souvent, pour une entreprise en difficulté, le Tribunal de Commerce privilégie la reprise des salariés, tandis que, pour une société saine, le prix de cession sera décisif.

 

Une tv en renfort

 

La crise économique aurait-elle orienté les choix des thèmes abordés lors des conférences ?

Nous avons gardé les basiques comme celui de la création, de la reprise, de la franchise et du financement et, effectivement, nous avons rajouté une conférence dédiée aux femmes qui fait le plein à chaque fois mais surtout celui d’«internet, l’arme anti-crise».

 

Vous avez également créé une télé des entrepreneurs en parallèle de la Caravane…

Il est indispensable d’être présent sur le web et les entrepreneurs ont besoin d’une promotion permanente, ainsi que d’une formation constamment renouvelée… mais, se retrouver sur les bancs d’une école à côté de leurs concurrents, semble compliqué. Par cet outil de la «tv des entrepreneurs», nous leur permettons d’accéder aux huit cents formations proposées, par correspondance. Notre objectif étant d’atteindre les 1 000 formations d’ici la fin de l’année.

 

Après huit éditions de la Caravane des Entrepreneurs, n’est-il pas difficile de se renouveler ?

De nombreuses entreprises se créent chaque année ! Le créateur ou le repreneur qui entame les démarches aujourd’hui n’a pas assisté à la Caravane de l’année dernière. De plus, certains reviennent nous consulter d’une année sur l’autre car leur situation a changé.

 

Propos recueillis par Séverine Sarrat

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.