Iron hack de la Tic Valley: Un marathon de l’innovation

« Les 40 participants ont proposé six projets au terme de l’Iron hack

Durant deux jours, et ce, sans interruption, 40 participants au Iron hack, organisé par la Tic Valley, se sont relayés pour imaginer des applications innovantes permettant de répondre aux problématiques internes de grands groupes tels Astrium, Airbus, Covéa, ERDF ou SFR.

« Nous voulons voir juste et loin ! » C’est là tout l’intérêt pour la Tic Valley et ses dirigeants, organisateurs de leur premier hackaton longue durée. « Le principe est simple », explique Vincent Lemonde, vice-président de la pépinière d’entreprises, « les industriels ont présenté leurs problématiques à de jeunes talents afin qu’ils leur apportent une solution concrète. » Pour Airbus, il s’agissait de trouver un système permettant de stocker et analyser une masse énorme de données opérationnelles pour permettre d’anticiper les incidents de fonctionnement. Quant à Astrium, l’intérêt est plus général puisque son représentant précisait « que toutes les thématiques auxquelles le spatial peut amener une valeur ajoutée, ou tout projet bénéficiant au spatial et aux nouveaux usages, seraient étudiés. » Covéa, spécialiste de l’assurance, cherchait plutôt un moyen d’être présent au quotidien auprès de ses clients et pas uniquement en cas de sinistre, « que ce soit via un objet connecté, une application mobile ou un service. » « Pour les industriels, il s’agit de se confronter à de nouvelles idées, fraîches et naïves. Disposer d’un regard neuf, sortant des carcans traditionnels dans lesquels sont enfermés leurs ingénieurs », précise Vincent Lemonde.

 

Les industriels face aux start-up

 

Ainsi, 40 chercheurs, chefs d’entreprise, personnes sans emploi, cadres, ou porteurs de projets… ont constitué des équipes de réflexion et ont travaillé pendant deux jours entiers sur des applications innovantes, guidés par des mentors et industries partenaires. Six projets ont été proposés aux grands groupes dont trois ont été retenus par le jury. Le premier prix, à savoir l’intégration de la saison 3 du Camping de la Tic Valley, a été attribué au projet idee42 porté par une équipe du LAAS (laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes). Il s’agit d’un capteur opérationnel qui transmet la température toutes les minutes sur internet. L’enjeu pour la future start-up porteuse du projet sera de commercialiser ses capteurs aux collectivités. Les projets Smart Risk (transmission et analyse des données énergétiques permettant la déduction des comportements de consommateurs) et Sigale (capteur torique surveillant les lignes électriques), ont eux décroché le second prix. Pour le vice-président de la Tic Valley, « cette Iron hack a permis de mettre les industriels face aux créateurs d’innovation, leur faire comprendre l’importance des start-up dans leur développement.» Face au succès de cette première édition, l’événement sera reconduit en juin de chaque année.

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.