Insee: L’aéronautique et le spatial tiennent le cap

A la demande des grands donneurs d’ordre de la filière aéronautique et spatiale, l’Insee vient d’annoncer les résultats d’une enquête visant à établir l’impact des maîtres d’œuvre sur les sous-traitants, les fournisseurs et les prestataires de services. Tour d’horizon d’un secteur d’activité qui ne connaît pas la crise.

 

89 100 ; c’est le nombre de salariés travaillant dans la filière aéronautique et spatiale en 2011, en Midi-Pyrénées, dont 36% évolue dans l’industrie. Cette activité, par son dynamisme, est un vecteur de croissance essentiel à l’économie régionale et permet à Midi-Pyrénées de résister tant bien que mal au passage de la crise. Pour l’essentiel la filière doit son ascension aux services à haute valeur ajoutée tel que le conseil, l’ingénierie ou l’informatique (40 points d’évolution en six ans sur le Grand Sud-Ouest). Pour Agnès Paillard, présidente d’Aerospace Valley, « ces chiffres ne sont pas étonnants et confirment les tendances que nos membres nous ont communiqué. » Mais quels sont-ils ?

L’enquête de l’Insee se penche exclusivement sur les fournisseurs, les sous-traitants et les prestataires de services, autrement dit les établissements travaillant pour les constructeurs. 2011 a été pour eux, une année exceptionnelle où le volume d’activité aéronautique a enregistré une forte augmentation, notamment dans l’industrie. Le chiffre d’affaires lié à ce secteur a crû de 13.4% en Midi-Pyrénées, notamment grâce aux commandes émises par Airbus mais aussi par Boeing, ATR et Turboméca. Et à ce jeu-là, le secteur de la forge et du traitement des métaux se positionne en tête (+25% pour le Grand Sud-Ouest) quand celui de la maintenance observe un arrêt brutal (+3%). De même, pour l’activité liée au spatial, l’industrie du Grand Sud-Ouest enregistre une hausse de 10% en 2011, quand elle était en retrait en 2010. A l’inverse, l’informatique et l’ingénierie voient leur chiffre d’affaires ralentir. Cependant, ce bilan positif reste plus nuancé pour les activités liées au marché militaire, que ce soit dans l’industrie ou dans les services.

 

« Il faut faire l’effort »

 

Les principaux acteurs de ces augmentations enregistrées en 2011 restent les petits établissements de moins de 50 salariés qui ont vu leur chiffre d’affaires décoller (+19% pour les PME de moins de dix salariés), particulièrement dans le secteur de la forge et du traitement des métaux. Ces derniers qui ont subi un trou d’air durant le pic de la crise, se rattrapent aujourd’hui, notamment grâce à leur partenariat avec Airbus. Ainsi, en Midi-Pyrénées, la filière aéronautique et spatiale soutient l’emploi (+5%) en 2011, notamment dans l’industrie (+3%) comme les entreprises du secteur de la forge voit l’emploi salarié augmenter de 10% dans le Grand Sud-Ouest.

En 2012, le ciel était toujours aussi dégagé pour le secteur de l’aéronautique et du spatial, puisque les commandes et les livraisons restent soutenues. Le renouvellement des flottes des compagnies aériennes et l’intérêt porté à l’A320Néo ont permis à Airbus d’enregistrer une hausse de 11% de ses livraisons, même s’il n’est plus le leader en la matière, laissant la place à Boeing. Et l’horizon de l’espace s’avère tout aussi clair, au regard des neuf premiers mois de 2012. Grâce au lancement d’Ariane et de trois satellites, Astrium voit son CA augmenter de 14% et Thales Alenia Space amorce une légère croissance du revenu de ses activités.

L’activité liée aux commandes aéronautiques et spatiales se maintient donc, ce qui engendre une grande sollicitation de production industrielle, et selon Agnès Paillard, « il faut faire l’effort pour que les industriels régionaux soient capables de fournir les grands donneurs d’ordre. Si nous n’y parvenons pas, ces derniers se tourneront vers l’étranger et il nous sera difficile de les récupérer. » Par efforts, la présidente d’Aerospace Valley pense à l’accessibilité aux crédits, aux liquidités pour permettre un développement des sous-traitants conforme aux exigences du marché.
 

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.