Futurapolis Zoom sur les innovations «Mobilité»

La première table ronde du forum sur le thème «Mobilité, le grand chambardement» a été l’occasion d’évoquer les projets de recherche en matière de transport.
La discussion commence sur le ton de la plaisanterie. Jean Botti, Directeur général délégué Technologie et Innovation d’Eads, doit intervenir en premier car il doit se rendre en Asie, «Relier Tokyo en 2h30 ! Peut-être plus vite qu’on ne le pense !» Au rythme des progrès en matière d’aéronautique, ce souhait résonnerait presque comme une annonce. Les intervenants présentent leurs projets et s’interrogent sur l’utilité de l’innovation, comment les gens peuvent en bénéficier, passer du virtuel au réel. A l’exemple de la supraconductivité «on avait la technologie, on l’a transférée aux Chinois car nous n’avions pas de visibilité d’utilisation de l’innovation à moyen terme», selon Jean Botti.
Pour Thierry Koskas, Directeur du programme véhicule électrique de Renault, un des projets importants en cours est le production d’une batterie 100% française, la fabrication également d’un moteur électrique entièrement en France (à partir de l’an prochain en Normandie). La société denombre 10 000 ingénieurs dont 1 000 qui travaillent sur véhicule électrique.

«1/4 des emplois du spatial en Europe sont à Toulouse»

Pour Anne-Marie Idrac, consultante senior chez SIA-Conseil, ancienne PDG de la RATP et de la SNCF, ancienne secrétaire d’Etat aux transports, il faut «travailler à l’organisation pour favoriser les usages», anticiper les aménagements des zones qui ont vocation à devenir des pôles de transports multimodaux. Il faut également augmenter les technologies en connectique-billetique pour faciliter l’accessibilité pour les usagers, tout en étant vigilants sur la confidentialité des données personnelles et le respect de la vie privée. Anne-Marie Idrac attire l’attention sur les normes techniques et sécuritaires qui ne sont pas communes aux différents moyens de transport, ces derniers se sentent en concurrence les uns avec les autres, il faudrait plutôt les voir en complémentarité.
Jean Botti et Christian Le Liepvre, Directeur de la Fondation Altran pour l’innovation ont expliqué l’histoire de l’avion électrique Solar Impulse, et les projets en matière d’aviation électrique. Pour eux, ces avions, qui aujourd’hui peuvent assurer des vols d’une durée de 24h, pourront un jour transporter des voyageurs sur des vols longues distances. Il faudra juste, disent-ils, trouver une solution pour alterner les pilotes.
Michel Dhome, Directeur de recherche au CNRS, directeur de l’Institut Pascal et directeur du LabEx ImobS3 évoque pour sa part les évolutions en matière de véhicule automatique sans conducteur. On peut imaginer selon lui se déplacer sur un site d‘entreprise par navette automatique. Le projet est en cours.

«Des coups de boost à donner»

Les intervenants partagent le constat énoncé par Marc Pircher, Directeur du Centre spatial de Toulouse, CNES, pour qui il faut «établir des passerelles économiques entre innovation et quotidien, créer des liens entre les filières pour combiner les données sur les projets pour les rendre économiquement intéressantes». Et celui de Christian Le Liepvre, à propos de la question : comment les idées se transforment en emploi ? «Il y a des coups de boost à donner sur les projets, il faut aider les projets à sortir du labo.»



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.