Fusion EADS – BAE Systems: Arrêt des négociations

Fin des tractations. La fusion EADS – BAE Systems n’aura pas lieu, les dirigeants des deux entreprises jettent l’éponge.

 

Les dirigeants d’EADS et de BAE sont parvenus à un accord : celui de mettre un terme aux négociations en cours visant à fusionner les deux entités pour créer un géant de l’aéronautique civile et militaire. Ce sont les réticences avérées de l’Allemagne qui auraient fait capoter le projet comme le confirme un communiqué co-signé par les deux groupes : «Les deux entreprises ont acquis la conviction que l’Allemagne ne dirait jamais oui au deal même si un nouveau délai était fixé. Dès lors, Tom Enders, président exécutif d’EADS, et son homologue de BAE, Ian King, ont préconisé l’arrêt des négociations.» Seul un problème étatique est donc à l’origine du non-aboutissement d’une fusion qui aurait pu être génératrice de la naissance d’une industrie européenne, voire mondiale de l’aéronautique et de la défense. C’est ce que constate Bernard Valette, président CFE-CGC AED : «Nous avons vu des Etats, soit préoccupés par le niveau de leur participation au capital, soit uniquement préoccupés par l’obtention de centres de décision domestiques.»

Pour de nombreux acteurs économiques locaux, il s’agit là d’une preuve concrète de la difficulté à construire une Europe politique. Pour Bernard Keller, président du Groupe RDSE de Toulouse Métropole, «c’était aussi une manière de sécuriser un peu ici nos sous-traitants d’études, de production et équipementiers lorsque le revers de conjoncture touchera Airbus.»

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.