Fusion BAE Systems-EADS: Atterrissage forcé

Après avoir annoncé des discussions quant à une possible fusion, EADS et BAE remettent leur projet pour «conditions insatisfaisantes». Explications.

 

EADS avait prévenu : «tout accord sur un éventuel rapprochement devra être préalablement approuvé, entre autres, par le conseil d’administration. Il n’y a aucune certitude quant à la réalisation de cette opération.» Mais plusieurs acteurs du dossier semblent maintenant s’opposer au projet ou du moins, l’envisager autrement. Initialement, cette fusion aurait contribué à «la création d’une structure à double cotation permettant aux deux sociétés d’être gérées comme un seul groupe grâce à des mécanismes d’égalisation des droits économiques et d’autres accords contractuels, tout en restant admises aux négociations sur leurs places boursières respectives», expliquait BAE Systems dans un communiqué, daté du 12 septembre dernier. Oui, mais voilà, l’entrée dans le capital de l’Allemagne a tendance à irriter la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, client de BAE Systems, qui voient d’un mauvais œil la participation d’Etats chez leur fournisseur. Dans un même temps, Arnaud Lagardère, actionnaire de référence français d’EADS estime que les conditions du rapprochement des deux entreprises ne sont pas «satisfaisantes». Les tractations sont donc reparties de plus belles… et les salariés, en observateurs, veillent : «Nous restons vigilants sur ce dossier. Au-delà des problématiques de gouvernance, d’actionnariat et de souveraineté des Etats, la CFE-CGC AED veillera avant tout aux aspects industriels et leurs impacts sur l’emploi. Les complémentarités entre les deux groupes et l’éventuel projet de fusion doivent être porteurs d’innovation, de nouveaux marchés et donc permettre le développement de l’emploi», prévient Bernard Valette, président du syndicat. Affaire à suivre !

 

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.