Falis Que la lumière soit

Thierry Guillermin

Comme la maison mère Fasual à Paris, l’entreprise toulousaine Falis est créatrice de solutions d’éclairage LED professionnel. Nouveau défi pour ces «lampes propres» : rendre la lumière à l’identique.

Dans les «Chroniques de la guerre de Lodoss» (une série de romans du Japonais Ryo Mizuno), Falis est le premier dieu de la lumière. Plus prosaïquement, c’est aussi le nom d’une toute nouvelle entreprise toulousaine. A sa tête, Thierry Guillermin. Après une carrière très éclectique dans l’électricité, le bâtiment, la téléphonie mobile, le multimédia et un déménagement avec toute sa famille en région toulousaine, ce Chalonnais de 50 ans décide de devenir son propre patron car «à mon âge» déplore-t-il, «on n’intéresse plus les employeurs». Avec un ami installé lui, à Paris (SAS Fasual, voir encadré), il se spécialise dans la création de solutions d’éclairage LED : «Nous sommes arrivés à un point de rencontre technologique qui interdit l’utilisation des ampoules à incandescence. Cette directive européenne nous oblige à trouver d’autres manières de nous éclairer.» Le Grenelle de l’environnement est aussi passé par là : «Nous sommes également à l’aube de la RT (réglementation thermique, ndlr) 2012 applicable aux constructions, avec pour résultats, des bâtiments très basse consommation d’énergie. Cette réglementation impose une consommation électrique de l’éclairage très faible que le fluo compact n’arrive plus à remplir aujourd’hui.» explique le directeur général de Falis. Les besoins seraient énormes en Europe : ils représenteraient vingt milliards d’euros d’investissement. D’autant que selon ces spécialistes, la LED n’a que des vertus : ni polluante ni chauffante, recyclable à 100%, exsangue de mercure, sans rayonnement infrarouge ni onde électromagnétique, cette nouvelle génération de lampes consomme très peu d’énergie et a une durée de vie conséquente : «2000 heures environ pour un halogène, 6000h pour une fluo-compacte, alors que nos leds durent entre 40 et 50 000 heures, soit dix ans. Ce sont des lampes propres.» nuance T. Guillermin.

La Led comme nos vieilles ampoules

Mais l’entreprise va plus loin : «Dans les magasins de bricolage ou sur Internet, on trouve des leds qui consomment et éclairent pour 1 watt.» poursuit T. Guillermin, «Nous, nous sommes partis d’un constat différent : il y a des sources existantes de lumières que l’on doit être capable de remplacer à l’identique. Nous avons fait développer notre gamme Fasual line en travaillant beaucoup sur le diffuseur de la led, qui est fabriqué en Norvège, de façon à avoir la même lumière qu’avec nos vieilles ampoules.» De même, un variateur peut jouer sur l’intensité voire dans certains cas sur la couleur de la lampe. L’ensemble a un coût : entre 1500 et 2000 euros pour équiper un magasin par exemple : «C’est cher mais le retour sur investissement est inférieur à douze mois» assure T. Guillermin. Parmi les clients de Fasual, Aéroport de Paris, «et nous sommes en train de signer avec les salons de coiffure Franck Provost au niveau national» affirme T. Guillermin, qui lui, a commencé ses propres démarches commerciales à Toulouse. Son prochain objectif : monter un show-room pour pouvoir mettre en lumière dans le grand sud, toutes les innovations de Fasual/Falis.

Claire Manaud



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.