Emplois saisonniers Le pic en été

Les serveurs saisonniers

En Midi-Pyrénées, les emplois saisonniers trouvent preneurs, majoritairement en montagne. D’avril à octobre, les jeunes, le plus souvent, se bousculent pour décrocher un «job» qui en général se décline sous forme de contrats à durée déterminée qui ne dépassent pas les quatre mois. Traditionnellement, les mois de juillet et août restent très prisés même si les secteurs d’activité recherchés sont variés.

Pendant que certains se prélassent sur les plages ou arpentent les pistes des Pyrénées, d’autres les remplacent afin de permettre aux entreprises de fonctionner même pendant l’été ou l’hiver. Grâce aux emplois saisonniers, les sociétés peuvent faire face aux absences de leurs salariés dues aux congés annuels ainsi qu’à d’éventuelles recrudescences d’activité. Qu’ils assurent la cueillette des pommes dans le Tarn-et-Garonne, qu’ils servent en terrasses d’un café quercinois, qu’ils animent une colonie de vacances au fin fond de l’Aveyron, qu’ils damnent les pistes des Hautes-Pyrénées ou qu’ils accueillent au guichet d’une banque toulousaine, les saisonniers font partie intégrante de l’économie locale.

C’est bien entendu sur les secteurs du tourisme que se concentre la majorité des emplois saisonniers, officialisés le plus souvent par des contrats à durée déterminée s’étalant d’avril à octobre. En Midi-Pyrénées, ce sont les mois de juillet et août qui restent les plus pourvoyeurs d’emplois saisonniers, pour preuve les derniers chiffres communiqués par l’INSEE qui font état de 25 000 CDD saisonniers par jour durant l’été (année 2007). De même, le commerce, les transports et l’agriculture restent des secteurs consommateurs d’emplois périodiques ainsi que la construction et l’industrie, mais ces derniers ont tendance à faire appel à des intérimaires (2 000 emplois quotidiens en juillet 2007).

 Un profil particulier

Quelque 42 600 emplois saisonniers ont été contractés en 2007, dont 11 000 pour le seul département de la Haute-Garonne. Les commerces de détail, les activités associatives, les services aux entreprises et l’hébergement-restauration en sont les principaux utilisateurs. Et ces salariés particuliers ont, en général, un profil bien défini : 58% d’entre eux ont moins de 25 ans et 6 sur 10 sont des femmes. De plus, ils ne présentent, souvent, que très peu de qualification, 8 sur 10 sont employés ou ouvriers. Mais rien n’empêche que les cadres ou les professions intermédiaires sont également représentés dans les emplois temporaires. Ces derniers se retrouvent notamment dans des types de «jobs» telles que les activités récréatives, culturelles, associatives et sportives, ou encore l’hébergement et la restauration.

Sur une durée moyenne de 7 semaines, 1 contrat saisonnier sur 2 dure moins d’un mois. Seul le secteur de l’hébergement-restauration propose des emplois plus longs. Et ce n’est parce que les contrats sont courts que les saisonniers les enchaînent, puisqu’il ressort de l’enquête INSEE que seul 1 sur 20 cumule plusieurs contrats sur une même année.

Aux vues de ces constatations et de l’ampleur des emplois saisonniers dans la région Midi-Pyrénées, les acteurs publics souhaitent sécuriser les parcours professionnels, consolider et mutualiser les emplois à travers, par exemple, les groupements d’employeurs et le renforcement des compétences par la formation ou la validation des acquis de l’expérience.

 

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.