Emplois d’avenir L’heure du premier bilan

Henri-Michel Comet, préfet de région et Janine Loïdi, du Conseil régional, se félicitent que 87% de l’objectif en matière d’emploi d’avenir aient été atteints

Les emplois d’avenir sont la première concrétisation de la volonté du gouvernement de faire de la jeunesse et de l’emploi, une priorité. En Midi-Pyrénées, le dispositif connaît un vif succès dont se félicitent les partenaires qui célèbrent la signature du 1 000e emploi d’avenir.

 

« La signature du 1 000e emploi d’avenir en Midi-Pyrénées est le symbole du travail effectué mais aussi du chemin qu’il reste à parcourir », affirme Henri-Michel Comet, préfet de région. Plus précisément, ce sont 1 024 contrats qui ont déjà été signés, plaçant ainsi la région au 3e rang français. D’ici la fin de l’année, la préfecture annonce un objectif de 3 650 emplois d’avenir, soit 5% du poids national. Pour y parvenir, une convention portant sur la formation a été entérinée par les différents partenaires notamment le Conseil régional, la préfecture, les missions locales, l’Agefiph, la Direccte, le Pôle emploi et les entreprises s’engageant dans l’aventure. Mais la mayonnaise a déjà pris puisque de plus en plus de jeunes de moins de 25 ans, peu ou pas qualifiés et en situation d’éloignement du marché de l’emploi, poussent la porte des missions locales ; guichet d’entrée pour prétendre à un emploi d’avenir comme en témoigne Nicolas Tissot, président de l’association régionale des missions locales : « nous enregistrons une augmentation des demandes de 30% tous les mois. » Le dispositif attire donc toujours plus de jeunes en recherche d’emploi, sachant qu’à ce jour, seuls dix d’entre eux se sont rétractés depuis le lancement en août 2012.

 

Véritable coup de pouce

 

Dédiés aux 16-25 ans (jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap), peu diplômés, rencontrant de grandes difficultés d’accès à l’emploi, le dispositif a su séduire. Olivier Dini, paysagiste à Montaut, accueille son premier contrat emploi d’avenir et se dit « enthousiaste à l’idée d’offrir une première expérience professionnelle à un jeune motivé. Il s’agit d’un véritable coup de pouce pour les petites entreprises que nous sommes car sans les dotations de l’Etat, je n’aurais pas pu créer de poste supplémentaire. » Non seulement, l’employeur offre un premier emploi mais assure également la formation et donc la possibilité de prétendre à un diplôme à la fin des trois ans de contrat. « Grâce à mon emploi d’avenir à l’association Myriam qui héberge des personnes âgées dépendantes, je prépare mon examen d’Aide médico-psychologique », explique Mélanie, 20 ans. Dans un même temps, il s’agit de rendre la valeur au travail, « de démontrer aux jeunes en difficulté, le bénéfice du procédé », précise Henri-Michel Comet. Ainsi, cette nouvelle alternative affiche un bilan positif en Midi-Pyrénées, région dans laquelle le nombre de jeunes demandeurs d’emploi atteint les 37 000 personnes.

 

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.