Economie ; Toulouse soutient son commerce

Lors du dernier conseil municipal, la Ville de Toulouse a signé un nouveau partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat pour un plan d’actions sur quatre ans.

 
En février dernier, la cour d’appel de Toulouse décidait de la mise en liquidation de deux cafés-brasseries emblématiques dans la Ville rose : le Bibent et la Frégate. Un coup dur pour les salariés, les habitués mais également la municipalité : «Ces fermetures dans des lieux de la ville aussi chargés d’histoire, aussi connus pour leur riche vie sociale, que la Place Wilson et la Place du Capitole nous posent problème. Elles vont appauvrir la qualité d’accueil de notre centre-ville», s’inquiétait le maire Pierre Cohen à l’époque. Il annonçait même dans un conseil municipal vouloir trouver «une solution pour empêcher la disparition de ces deux lieux indissociables de la vie toulousaine», et réfléchir sur une politique volontariste de la ville.
La semaine dernière lors d’un nouveau conseil municipal, l’adjointe déléguée au commerce et à l’artisanat Isabelle Hardy a présenté la mise en place d’une convention liant la Ville à la CCIT et la CMA. L’objectif est de réaliser un plan local d’actions visant au développement du commerce et de l’artisanat : «Ce secteur représente environ 10 000 entreprises à Toulouse et un des tout premiers pôles d’emploi avec près de 50 000 salariés», explique Isabelle Hardy. La mairie, la CCIT et la CMA œuvrent ensemble depuis 1996 afin de maintenir l’attractivité des commerces dans les quartiers et en centre-ville mais 4 conventions arrivent aujourd’hui à échéance : “Toulouse 2008”, “Chèques Parkings”, “Illuminations” et “Artisanat 2010”.

 

Il était donc temps de renouveler le partenariat, d’autant plus que les commerçants sont actuellement confrontés à des difficultés particulières : «Nous assistons à une vive concurrence des centres commerciaux périphériques avec un impact sur le centre-ville. L’évolution des modes de consommation fragilise les pôles de proximité et la politique de la ville en faveur des modes de déplacement doux nous poussent à mener de nouvelles actions.» Concrètement, ce «plan d’actions 2009-2013 pour le développement du commerce, de l’artisanat de vitrine et des services toulousains» répondra à des propositions d’un comité de pilotage qui aura pour but de préserver les activités de proximité tout en veillant à un bon équilibre de l’aménagement commercial du territoire. En outre, la convention prévoit des actions de communication, des animations, une harmonie des illuminations et une refonte des chèques parkings avec des tickets métro-bus pour les clients. Toutes ces mesures visent à éviter de nouvelles fermetures dans le centre-ville et la transformation du paysage avec des banques qui s’installent à la place des commerces.

Sophie Orus



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.