Economie en Midi-Pyrénées; Une année soutenue mais…

L’Insee vient de publier une étude complète sur l’année économique 2007 dans notre région qui parvient à tirer son épingle du jeu dans un contexte international difficile. Mais les perspectives 2008 semblent moins favorables.

On a beau être fier de sa région et de ses racines, quand on dresse un bilan économique en Midi-Pyrénées pour l’année 2007, il ne faut surtout pas occulter les contextes national et international. Ainsi, comme le rappelle Bertrand Ballet, statisticien à l’Insee, plusieurs crises ont conditionné les activités l’année dernière : «L’économie mondiale a connu trois chocs de grande ampleur en 2007 : la flambée des prix de matière première, le retournement du marché immobilier américain et la crise financière liée aux subprimes. Pour ce qui est de la zone euro, on peut noter un ralentissement des investissements et des exportations.»
C’est donc dans un contexte difficile que notre région a réussi à maintenir une activité économique soutenue. Dans l’industrie, selon les chefs d’entreprise interrogés dans les enquêtes de conjoncture, le rythme de croissance de l’activité est resté robuste dans les branches de biens d’équipements et des biens intermédiaires. Le secteur du bâtiment a quant à lui fait face à un nouveau phénomène : le ralentissement de l’activité dans la construction des logements neufs : «Ce recul a été compensé par des chantiers d’équipements collectifs non-résidentiels, qui ont eux progressé de 12 % en 2007.» Du côté des exportations de la région, les chiffres restent stables : «Si le solde commercial recule de 1,7 milliard d’euros, Midi-Pyrénées conserve toutefois son 6ème range national avec de bons scores de la part des produits agricoles et agroalimentaires, des équipements professionnels ou des composants électroniques», poursuit Bertrand Ballet.

 


La rupture agricole

Mais pour Magali Demotes-Mainard, directrice régionale adjointe de l’Insee, «la véritable rupture de l’année 2007 reste dans le domaine de l’agriculture où le contexte a changé radicalement.» En effet, on peut noter une accélération des prix de 20 % et un ralentissement de la production tant sur le plan mondial que régional. En 2007, la production céréalière en Midi-Pyrénées s’est contractée de 11 % et celle des oléoprotéagineux a baissé de 5 %, malgré l’explosion de la surface du colza. La forte augmentation des cours de céréales s’est répercutée sur les coûts d’alimentation du bétail et la collecte de lait de vache a fortement baissé : «Nous assistons à une divergence entre les filières animale et végétale, ce qui remet en question la problématique de l’alimentation mondiale», explique Mr Teurlay, membre de la Direction Régionale de l’Agriculture et de la Forêt.
La bonne nouvelle réside dans la réduction du taux de chômage tout au long de l’année 2007 pour atteindre 7,5 % en décembre, soit son chiffre le plus bas depuis 1984. Les départements de la Haute-Garonne, du Tarn et du Tarn-et-Garonne observent les baisses les plus marquées et cette amélioration du marché du travail bénéficient principalement aux jeunes et aux chômeurs de longue durée. Mais, dans le même temps, la croissance de l’emploi salarié a ralenti en 2007 : «L’emploi intérimaire a fortement reculé en Midi-Pyrénées. Un peu moins de 10 000 emplois salariés ont été créés en 2007 contre un peu moins de 15 000 en 2006. Pour la première fois depuis 2000, les créations d’emplois dans notre région ont été moins dynamiques que sur l’ensemble de la France», précise Bertrand Ballet. Les services à la personne, plus gros pourvoyeur d’emploi en 2006 avec 6 000 nouveaux salariés, n’a généré que 2 000 postes supplémentaires l’an dernier.

Des anticipations moins favorables pour 2008

Ces observations sur le marché du travail amènent les membres de l’Insee à proposer des perspectives 2008. En effet, au cours du premier trimestre 2008, le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté plus fortement en région que dans le reste de la France avec une hausse de 1,2 % qui concerne plus particulièrement les moins de 25 ans et les femmes.
Selon les industriels, le rythme de l’activité a tout de même progressé au premier trimestre 2008 mais il ne concerne essentiellement que les secteurs de l’aéronautique et du spatial. Dans les domaines agroalimentaire et du bâtiment, malgré un rythme soutenu, les carnets de commande se dégradent assez nettement. Bonne nouvelle du côté de la fréquentation touristique qui a bénéficié du bon enneigement des stations pyrénéennes et de la célébration à Lourdes du 150ème anniversaire des Apparitions. L’activité commerciale résiste elle aussi même si les chefs d’entreprise se montrent pessimistes pour les mois à venir. Car si l’année 2007 reste globalement satisfaisante, le bilan 2008 risque d’être plus lourd, notamment à cause de l’appréciation de l’euro. «Les patrons s’attendent à un ralentissement des activités dans toutes les branches au second semestre 2008», prévient Bertrand Ballet.

Sophie Orus



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.