Des cartes de vœux expriment le ras le bol des agents des Finances Publiques

IMG_0005-2
Régis Lagrifoul et Christian Terrancle

En lutte depuis des années, une délégation d’agents et les militants de Solidaires Finances Publiques de Haute-Garonne se sont mobilisés ce mardi 13 janvier 2015 devant leurs bureaux du 34 rue des lois. Des revendications « légitimes et persistantes ».

Par Myriam Balavoine

Alors qu’un Comité technique local, instance consacrée à la localisation de seize nouvelles suppressions d’emplois en 2015, devait se tenir ce vendredi 9 janvier, les agents et militants des Finances Publiques ont décidé de le boycotter afin de montrer leur désaccord. Suite à cette action, le comité ne s’est donc pas tenu. L’initiative prévue en renfort du boycott a finalement été annulée en respect du deuil national survenu suite à l’attentat qui a frappé Charlie Hebdo.

C’est ce mardi 13 janvier que la mobilisation s’est poursuivie à l’occasion des vœux du directeur local à la direction régionale des finances publiques de la Haute-Garonne. « Nous avons convenu de décorer la façade et la cour de l’immeuble avec des cartes de vœux exprimant notre mécontentement en écho aux vœux officiels » explique Régis Lagrifoul, secrétaire départemental Solidaires Finances 31. Une action non conventionnelle qui a pour but d’interpeller, tant la direction que le public. Le ras le bol se généralise au sein des services et les agents n’ont pas prévu de renoncer à ce combat qu’ils considèrent comme « légitime ».

Graves et sérieux

Dans deux lettres, l’une adressée au directeur régional, l’autre au directeur général, les militants de Solidaires Finances Publiques ont exprimé leurs réclamations. « Nous attendons beaucoup de l’année à venir » précise Christian Terrancle, conseiller syndical régional. Pour eux, il s’agit surtout de dénoncer la succession de suppressions massives d’emplois et les 85 emplois vacants inscrits au budget et non pourvus en Haute-Garonne. Par ailleurs, l’absence de transparence envers les syndicats et les agents concernant le calendrier des projets envisagés dans le cadre de la Démarche Stratégique préoccupe les agents et cadres locaux.

« Nous subissons chaque jour les effets néfastes de la dégradation majeure des moyens donnés à notre administration tant sur l’exercice des missions au service des usagers que sur les conditions de travail au quotidien » soulève Régis Lagrifoul. Les agents se disent « fatigués de devoir inlassablement dénoncer leur quotidien au travail. Et souhaitent alerter sur leur sentiment de se sentir méprisés et abandonnés », tant par l’administration, que par les choix politiques qui affaiblissent le service public. Une action sans précédent, mais des exigences déjà formulées : le gouvernement et le parlement doivent donner les moyens nécessaires à l’exercice des missions fiscales, de gestion publique, foncières et cadastrales.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.