Conjoncture économique régionale: La rentrée a tenu ses promesses

La Banque de France vient de publier son analyse de la conjoncture économique en Midi-Pyrénées pour le mois de septembre 2013. Les signes positifs annonçant une hausse de l’activité enregistrés au mois d’août se sont confirmés en septembre mais restent sur une perspective à court terme.

Les signes positifs relevés l’été dernier par la Banque de France, qui annonçaient une hausse de l’activité, étaient encourageants. Le mois de septembre et la période de rentrée ont tenu les prévisions, enregistrant une accélération du rythme de production industrielle. L’indicateur du climat des affaires de l’industrie en Midi-Pyrénées a légèrement progressé (alors qu’il stagne au niveau national). Une accélération de rentrée pour l’industrie dans sa quasi-totalité, secteur qui rassemble 16.6% des effectifs salariaux en région. Les chefs d’entreprises interrogés affichent un certain optimisme pour le dernier trimestre 2013. Les signes de reprise dans la branche des industries alimentaires semblent plus modérés que pour le matériel de transport et les autres produits industriels. Les prévisions s’annoncent donc, toutefois, à la hausse pour les deux industries précédemment citées et qui rassemblent près de 70% des effectifs industriels. Le niveau de remplissage des carnets de commandes permet une certaine visibilité. Le contexte à dominante positive des secteurs de l’industrie apparaît rassurant pour l’emploi.

 

Un peu d’optimisme et beaucoup de prudence

Si l’industrie parvient à se maintenir globalement, le secteur des services marchands n’a pas encore retrouvé toute sa confiance. Un domaine qui rassemble 37.6% des effectifs salariaux en région. Toutefois, les activités d’ingénierie et d’analyse technique ainsi que l’édition affichent de bonnes perspectives. La situation des activités informatiques et service d’information, de même que les transports et entreposage demeure préoccupante : demande à la baisse pour le premier et révision des tarifs à la hausse pour le second, baisse des effectifs pour les deux. Le secteur Bâtiment et Travaux publics, pour sa part, est scindé en deux. Si l’activité du bâtiment, gros et second œuvre, se maintient (partiellement de manière artificielle les chefs d’entreprise, suite à l’annonce de l’augmentation de la TVA, s’attendent à ce que les particuliers anticipent leurs travaux). Concernant les Travaux Publics, la situation reste particulièrement inquiétante, repli de la production, stabilisation de l’effectif et diminution du recours à l’intérim, trésoreries tendues et peu de perspectives à moyen terme. Ce secteur rassemble 9.9% des effectifs salariaux de la région. L’activité du commerce de gros a progressé, que ce soit les produits agroalimentaires comme industriels avec un dernier trimestre qui présenterait lui, de bonnes perspectives.

 

Marie-Agnès Espa



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.