Charte de la diversité: Les entreprises locales à la loupe

Philippe Robardey et Fella Imalhayene rappellent l’importance de la diversité des effectifs pour une entreprise

Pour sa 5e édition, le Tour de France de la diversité faisait étape à Toulouse jeudi dernier. L’occasion pour le Medef Haute-Garonne, partenaire local, de dresser un bilan 2013 de la diversité en Midi-Pyrénées, d’en relever les points forts et ceux qu’il faudra encore améliorer.  

 

La diversité, source de performance. Pour le Secrétariat général de la Charte de la diversité, il s’agit-là d’une certitude. « Nous avons hésité avant de lancer le Tour de France car beaucoup pensaient qu’en période de crise, la question de la diversité n’était pas prioritaire. Mais persuadés que c’est justement maintenant qu’il faut rappeler l’importance de celle-ci, nous avons pris la route », explique Fella Imalhayene, Secrétaire générale de la Charte de la diversité. Engagé sur ce terrain, avec notamment la création de la « plateforme territoriale régionale de promotion de la charte de la diversité », le Medef Haute-Garonne effectuait un bilan 2013 des entreprises signataires (70 répondants). Ainsi, les sociétés de moins de 50 salariés, affirment s’être engagées dans un processus de diversité par convictions morales à 75% quand celles de plus de 50 collaborateurs évoquent une démarche globale de responsabilité (81.8%). Mais le terme de « diversité » englobe différents critères et tous ne sont pas considérés de la même manière. En effet, les thèmes sur lesquels portent particulièrement les actions des entreprises restent le sexe, le handicap, les minorités visibles et l’âge. A noter cependant que pour les sociétés de plus de 50 salariés, la zone de résidence de l’employé constitue de moins en moins un axe de travail sur la diversité, « ce qui représente un point noir pour nous», précise Fella Imalhayene.

 

Diversité, l’affaire de tous

 

Autre constat émanant de l’étude commandée par le Medef 31, les actions de sensibilisation menées en interne par les entreprises de plus de 50 salariés, changeraient de cibles. Les publics les plus visés, et donc les plus avertis, seraient les managers-cadres, les recruteurs et les collaborateurs. Les représentants du personnel et les dirigeants eux, ne représenteraient plus une cible privilégiée. Et en matière de recrutement, les chefs d’entreprises de la région ont également fait évoluer leurs pratiques RH. 87.9% du panel affirment agir sur la rédaction des fiches de poste pour assurer le caractère non-discriminatoire d’une embauche, quand 70% se préoccupent plus de l’évaluation des candidatures et le tri des CV.

Logiquement, les actions de soutien aux personnes en situation de discrimination ne prennent pas la même forme suivant les entreprises. A 87%, ces dernières optent pour la mise en place de partenariats, ou la participation à des forums de recrutement (78%). Les stages ou l’apprentissage proposés à des publics susceptibles d’être discriminés et l’appui aux salariés constituent également un levier permettant le développement de la diversité des effectifs.

Cette enquête, menée auprès des 153 entreprises régionales signataires de la Charte de la diversité (50% de retour) met un dernier point en exergue : « 67% d’entre elles sont des PME. La priorisation de la diversité n’est donc pas qu’une affaire de grands groupes mais celle de tous », assure Philippe Robardey, président du Medef 31.

Séverine Sarrat

 

 

 

 

Les entreprises signataires de la charte de la diversité en 2013 :

-          Partitio

-          SM Clean

-          Caf Haute-Garonne

-          Athos Aéronautique

-          Creact’up

-          Club d’entreprises Exaequo.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.