Chambre interdépartementale des Notaires Stabilité des prix

Me Frédéric Giral et Me Philippe Pailhès

A la veille du salon de l’immobilier, la Chambre interdépartementale des Notaires fait le point sur l’évolution du marché en Haute-Garonne. Alors que les prix sont stationnaires, les volumes de ventes accusent eux, une baisse.

 

2012, «année charnière». Changement de majorité politique d’une part, forte instabilité fiscale (réforme des plus-values immobilières et suppression progressive des dispositifs Scellier), d’autre part, autant d’événements sur fonds de crise qui « ont sûrement eu une incidence sur le marché de l’immobilier». C’est le constat que dressent les Notaires du département. Un marché marqué tout d’abord par une baisse des volumes de ventes « plus spécialement au deuxième semestre 2012 » précise Me Frédéric Giral, alors que les prix eux, « n’accusent pas à ce jour de chute très marquée, dopés certainement par l’attractivité de la région toulousaine.» S’agissant de l’ancien, le prix médian d’un appartement en Haute-Garonne est de 2440€ le m2. Il est de 2540 € à Toulouse et les disparités restent importantes selon les quartiers de la ville rose : 1300€ pour Reynerie, Papus et Faourette, 3500€ pour Saint-Georges, Capitole et Saint-Etienne/Ozenne, 4150€. Bonnefoy qui est lui à 2290€, bénéficie de l’attrait du futur aménagement du quartier Matabiau. «Les prix sont stables depuis cinq ans. Et les vendeurs doivent se faire à l’idée que les plus-values qu’ils ont connues par le passé ne seront plus celles que nous pouvons espérer. Cette évoque est révolue. Pour le futur, il y aura des évolutions de prix mais elles seront tout à fait sages.» considère Me Philippe Pailhès. Dans le neuf, le prix d’un appartement est estimé en 2012 à 3420€.

La Chambre Interdépartementale des Notaires fait également le point sur le marché des maisons anciennes. «Les prix restent stables d’une manière générale» explique Me Boris Vienne. Dans notre département, ils sont supérieurs de 50% environ à la moyenne française : « On peut acheter deux maisons en Ariège quand on peut en avoir une en Haute-Garonne » poursuit Me Vienne. Dans l’agglomération, une maison se vend en moyenne entre 230 000 et 240 000 € ; 303 000 € à Toulouse et 472 000€ pour la Côte Pavée. A noter que Tournefeuille a détrôné Balma : 312 300€ contre 310 000€. « La crise aujourd’hui touche à la fois les acquéreurs qui ont peur du contexte économique et les vendeurs à cause de la fiscalité. » conclut Me Vienne pour qui « Tant qu’il n’y aura pas de stabilité fiscale, il va être compliqué de relancer ce marché.»

 

Claire Manaud

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.