Chambre de Métiers; Les banques le garantissent : « Pas de rupture de financement »

Selon le vieil adage, un homme averti en vaut deux, d’autant si l’on est soi-même chef d’entreprise et surtout responsable du devenir de ce que notre département compte d’artisans comme de Pme-Pmi… Il était nécessaire pour Pierre Pérez, Président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Haute-Garonne, de convier les dirigeants des différentes institutions bancaires de notre région à venir se prononcer sur le dossier particulièrement sensible du financement des entreprises de moins de 50 salariés. Finalement, le leader toulousain s’est montré rassuré à l’issue de cette réunion de crise qui s’est déroulée, une nouveauté, au sein de son institution.

 
«Nous avons besoin aujourd’hui et demain de nos entreprises. Il ne faut pas que ce soit les moins de 50 qui paient les pots cassés». Le message de Pierre Pérez est clair : face au tensions financières que vit notre pays, il se devait de prendre le pouls auprès des seuls interlocuteurs crédibles : les Banques. «Il me semble indispensable dans cette période de grande confusion» expliquera-t-il à un parterre de journalistes, «de rassurer à la fois les consommateurs et le monde des entreprises. Je crains en effet que demain, si des propos rassurants et raisonnables, mais forts, ne sont pas vite tenus, nous allions vers une crise encore plus grave».
En fait, il ne s’agissait ni plus ni moins, que de répondre aux multiples inquiétudes qu’ont exprimées ces dernières semaines les chefs des petites et moyennes entreprises de notre département, sur l’éventualité de l’augmentation des taux d’intérêt, de l’augmentation de l’apport exigé par les banques, de l’allongement de délais d’obtention de prêts, de la demande de garanties supplémentaires, de la diminution du montant emprunté autorisé, de la révision de ligne de découvert autorisé, et bien sûr du refus d’octroi du prêt…
«Pas de rupture de financement» ont par conséquent annoncé les établissements présents*, «ni de nouvelles règles restrictives au niveau des crédits». Des déclarations importantes pour notre région, puisque 98.4 % de ses entreprises ont moins de 50 salariés (Source Insee 2005). Toutefois le “pacte moral” invoqué par le Président de la République sera-t-il respecté ? Ce sera à la Commission de suivi du financement de l’économie de le dire.
Pierre Pérez s’est, en tous les cas défendu d’être le porte-parole des banques. «Notre réunion de ce soir (mardi 4 novembre, ndlr), était un tour de chauffe. Le vrai tour, ce sera dans un mois. Si l’on se retrouve avec 2000 dossiers à la Préfecture, cela voudra dire que les banques nous auront menti».

Comité de suivi: Une première le 6 novembre

Dès à présent, en cas de refus de crédit, les entrepreneurs peuvent se retourner vers la Préfecture de leur département, ou auprès du “Médiateur du crédit” national René Ricol, nommé par Nicolas Sarkozy. Ce dispositif mis en place par le Premier ministre aux niveaux régional et départemental devra être en mesure d’informer les acteurs économiques locaux des mesures prises et de leurs objectifs, d’effectuer un diagnostic de la situation locale et en particulier du rétablissement d’un fonctionnement normal du marché du crédit aux entreprises, de décliner au niveau local et de suivre de manière précise et régulière les engagements nationaux pris par les banques. Pour la Haute-Garonne, la réunion d’installation de la commission départementale présidée par Dominique Bur, préfet de la région Midi-Pyrénées se tiendra ce jeudi 6 novembre. Participeront à ces travaux les représentants locaux des banques, les chambres consulaires, les représentants des chefs d’entreprises et les institutions ou services de l’Etat en lien avec l’économie (Banque de France, TPG, tribunal de commerce, OSEO, direction du travail, DRIRE).

Claire Manaud

* Banque Courtois – Banque de France –
Banque Populaire Occitane –

BNP Paribas – Caisse d’Epargne – Caisse des Dépôts et Consignations – CIC Bordelaise – Crédit Agricole –
Crédit Mutuel – OSEO – Siagi –
Socama – Société Générale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.