CCI de Toulouse : du mieux en 2015, les services à l’honneur en 2016

©Lydie Lecarpentier
©Lydie Lecarpentier

EVOLUTIONS. Vendredi 1er avril, la Chambre du Commerce et de l’Industrie de Toulouse (CCIT) a présenté son étude de la conjoncture économique des entreprises en Haute-Garonne. Secteur par secteur, les membres du comité ont pu dresser un bilan de l’année 2015 ainsi que les perspectives de 2016.

par Antoine Vergnaud

Afin de dresser un bilan de la situation économique en Haute-Garonne sur l’année écoulée, et de lancer les prévisions pour l’année 2016 déjà entamée, les représentants de la CCIT se sont réunis ce vendredi 1er avril. Une enquête conjoncturelle qui se repose sur un échantillon de plus de 1 700 entreprises interrogées, soit 75 000 salariés.

Alain Di Crescenzo,  président de la CCIT, a ouvert la séance en rappelant le but de cette étude menée courant janvier : « Les objectifs stratégiques visés sont tout d’abord d’être au plus près de l’économie réelle, celle du territoire. L’enquête permet également de mieux connaître et comprendre la conjoncture des entreprises dans notre département. Enfin, elle doit être un outil au service des entrepreneurs. »

L’industrie « tire la machine » en 2015

 Dans le bilan de l’année 2015, on retiendra, grâce à une approche quantitative et qualitative, un « retour à la dynamique en termes d’emploi et de croissance, après un ralentissement observé en 2014 », indique Alain Di Crescenzo. Le chiffre d’affaires, tous secteurs confondus (Industrie, BTP-Immobilier, Commerce et Services), a augmenté de 3% par rapport à 2014 et les effectifs ont également grandi de 1.8%.

Si c’est « l’industrie qui tire la machine en Haute-Garonne, notamment grâce à Airbus », l’étude a également montré que « le secteur du bâtiment sort de la récession, ce qui est une bonne nouvelle », indique Maxime Maury, directeur régional de la Banque de France en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. En effet, le BTP/immo a affiché une hausse de 0,2% de son volume d’affaires par rapport à 2014. Autre bonne nouvelle, « la fusion des régions a provoqué une poussée démographique, et par conséquent économique », ajoute-t-il après avoir annoncé des « mesures sans précédent »prises conjointement par la Banque Centrale Européenne et la Banque de France, qui « font tout pour rehausser la croissance ». Et Maxime Maury d’ajouter que « la Banque de France va nommer dans chaque département un correspondant qualifié afin de conseiller ces entreprises ».

Un « passage de relais » de l’industrie au profit des services

Pour ce qui est des prévisions 2016, « les secteurs de l’industrie et des services seront les moteurs de croissance du département, les professionnels estimant une hausse respective de +2.6% et +5.2% de CA », indique Alain Di Crescenzo. « L’industrie devrait décélérer et passer le relais de croissance au secteur des services », ajoute le président de la CCIT. En revanche, les attentes sont « plus prudentes et pessimistes pour les secteurs du BTP (+2.9% de CA), en redémarrage, et du commerce (+0.8% de CA), qui devrait se stabiliser ».

A tour de rôle, les vice-présidents de la CCIT ont donc fait la part belle au secteur des services, dont l’étude montre « que les entreprises de services concentreraient la majorité des embauches en 2016 », annonce Anouk Déqué, présidente de la commission Intelligence économique et données stratégiques et présidente de la CGPME 31. Les branches du BtoB et BtoC notamment atteindraient une croissance globale du volume d’affaires de +5,2% et des embauches de +2,8%. Si le moral est « à l’optimisme pour 57% des entreprises interrogées », affirme Patrick Igon, président de la Commission aux Services et au Tourisme, ce n’est pas forcément le cas dans les entreprises employant de 0 à 50 personnes, « qui font parfois face à des problèmes de trésorerie et un accès au crédit compliqué », rappelle Anouk Déqué. A ces petites entreprises, qu’elle souhaite soutenir, elle adresse un « Avant d’être grand, on est petit ».

Alain Di Crescenzo : « Un territoire qui n’investit pas est un territoire qui meurt »

Le département étant devenu « le poumon de la nouvelle grande Région », selon Di Crescenzo, les différents présidents ont appelé à l’investissement en Haute-Garonne, à la reprise d’activités, soutenant au passage les différents projets de nouvelle ligne de métro, le « manque d’infrastructures pouvant nous freiner », indique le président de la CCIT ; ou de Val Tolosa, qui serait une nouvelle source d’activité. « Un territoire qui n’investit pas est un territoire qui meurt », reprend Alain Di Crescenzo, avant de clôturer cette conjoncture qui était la dernière de la mandature en fonction.

 

En chiffres : évolution du CA et du nombre d’employés pour chaque secteur en 2015 et prévisions pour 2016

Industrie : +4,3% de CA et +1% d’effectifs salariés en 2015 ; +2,6% de CA et +1,4% d’effectifs salariés prévus en 2016.

Services : +2,7% de CA et +2,6% d’effectifs salariés en 2015 ; +5,2 de CA et +2,8% d’effectifs salariés prévus en 2016.

Commerce : +2,4% de CA et 1,1% d’effectifs salariés en 2015 ; +0,8% de CA et +0,1% d’effectifs salariés prévus en 2016.

BTP/immo : +0,2% de CA et +1,3% d’effectifs salariés en 2015 ; +2,9% de CA et +0,3% d’effectifs salariés prévus en 2016.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.