Capital Investissement: Les financeurs ne prennent plus de risques

« Pour Jean Pendanx, 2013 ressemblera à 2012

Si les entreprises restent en constante recherche de fonds, les investisseurs, à l’inverse, deviennent de plus en plus frileux. C’est la tendance relevée par l’enquête sur le Capital Investissement en Midi-Pyrénées menée par le Cabinet Dedia Audit & Conseil, concernant les opérations de 2011 à 2012.

 

60% d’investissements de moins en un an, en Midi-Pyrénées. C’est le constat dressé par Jean Pendanx, co-fondateur du Cabinet Dedia à l’origine d’une enquête évaluant les tendances du Capital Investissement dans la région. « 2012 a été moins favorable que l’année précédente dans son ensemble, même si le nombre d’opérations est resté relativement stable », explique-t-il. Effectivement, une cinquantaine a été réalisée chaque année, 2012 accusant un retrait de 4%, il s’agit donc d’un recul des montants investis. Si cette baisse est également enregistrée au niveau national (-37%), Midi-Pyrénées se positionne donc bien au-delà (-60%). « Tout type d’investissements confondus, 205 millions d’euros ont été engagés en 2011, quand seulement 83 millions d’euros l’ont été en 2012 », précise Jean Pendanx. L’analyse de ces données conduit le co-fondateur du Cabinet Dedia au constat suivant : « Avec 15 millions d’euros investis par opérations en moyenne, le Capital transmission se trouve à l’origine de cet effondrement ! » A l’inverse, le Capital développement lui, observe une augmentation d’activité de 22%.

 

Amorçage et retournement en disgrâce

 

En Midi-Pyrénées, la situation du marché du Capital investissement reste tout de même dynamique, notamment grâce à la présence des acteurs nationaux qui bénéficient d’une implantation régionale tels ACE Management, CM-CIC Capital Finance et autres Bpifrance Investissement Régions, mais surtout grâce aux acteurs régionaux qui ont acquis une dimension nationale, comme IXO ou Midi Capital. Sans compter les investisseurs régionaux disposant d’un champ d’action local et les acteurs spécialistes bénéficiant d’une implantation régionale. « Cette forte concurrence sur le territoire de Midi-Pyrénées engendre une offre plus large et plus diversifiée, et ainsi de nombreuses possibilités pour les entreprises », précise Jean Pendanx. Mais les investissements restent principalement ciblés sur le Capital développement et transmission au détriment de l’amorçage et du retournement. « Peu d’acteurs nationaux prennent le risque aujourd’hui d’investir dans une entreprise pour financer son démarrage ou sa sauvegarde», constate le fondateur du Cabinet Dedia, se félicitant de la naissance du fonds IRDInov, exclusivement consacré à l’amorçage. Le seul laissé pour compte étant donc le Capital retournement, sur lequel aucun acteur n’est positionné en Midi-Pyrénées. A méditer en cette période économique difficile…

 

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.