Capeb: Les artisans du bâtiment en colère

Comme partout en France, les artisans midi-pyrénéens du bâtiment ont manifesté à Toulouse pour alerter le gouvernement sur leur situation économique. Sur le seul département de Haute-Garonne, 3 000 emplois seraient menacés.

 

La neige et le blocage des routes n’ont pas entamé la détermination des artisans du bâtiment à venir de tout Midi-Pyrénées pour manifester vendredi à Toulouse. Aux cris de «Hollande, ça va péter !», ils étaient une centaine selon les organisateurs, à se réunir devant la Préfecture de Haute-Garonne pour «alerter les autorités sur la situation critique» dans laquelle se trouve leur secteur et protester «contre le traitement injuste dont ils font l’objet». En 2012, les entreprises nationales du bâtiment auraient subi une baisse de 1% de leur activité, 1.5% pour la Haute-Garonne. «Trop, c’est trop ! Les artisans en ont assez des belles paroles et veulent des actes concrets. Ils se battent chaque jour pour garder leurs salariés et faire face à leurs échéances alors que les délais de paiement sont intenables, leurs trésoreries exsangues et les banques absentes» proteste Aline Bedouret, présidente de la CAPEB 31. Parmi les griefs, la «concurrence déloyale» des auto-entrepreneurs «qui ont gardé leurs avantages», le «travail dissimulé et les entreprises low cost qui ne respectent pas la législation française» ainsi que les charges «devenues écrasantes.» En cause, «l’alourdissement» des cotisations sociales patronales,  l’augmentation de la Cotisation Foncière des Entreprises considérée par les entreprises du bâtiment comme un «réel coup de massue», des TPE «tenues à l’écart des mesures d’aide» et l’annonce d’une nouvelle hausse de la TVA à 10% en 2014. «Je redoute l’accélération des faillites des petites entreprises du bâtiment et des licenciements massifs» explique A. Bedouret, «les pouvoirs publics doivent prendre conscience que si les acteurs de la «Première Entreprise de France» disparaissent, il n’y aura plus personne pour faire vivre l’économie locale.

Cette situation est d’autant plus détestable qu’elle fait la part belle à l’économie parallèle.» Présente à la manifestation, Marie Sauts, artisane charpentier au Fousseret, administratrice à la Capeb 31 et élue de la confédération au niveau national, s’inquiète pour l’avenir de ces six salariés : «Nous avons envie de travailler, d’embaucher, de pouvoir bien former, payer nos salariés et satisfaire nos clients mais nos marges ont baissé et nous attendons avec beaucoup de peur la loi de finances 2013». D’autant assure-t-elle que sur son canton, cinq entreprises artisanales spécialisées dans le même secteur d’activité ont disparu : «nous ne sommes plus que deux. Les gens doivent prendre conscience que le collectif est impacté.» Entre autres propositions de la Capeb au gouvernement : l’application d’une TVA à 5.5% pour la rénovation des logements, l’exclusion du secteur du régime des auto-entrepreneurs, l’apport de davantage de moyens pour la rénovation et la construction de 500 000 logements par an et la mise en place d’un représentant des TPE au sein de la Banque Publique d’Investissement. D’après leurs prévisions, l’activité des artisans du bâtiment accuserait une baisse de -2.5% à 3% en 2013. 40 000 emplois seraient menacés au niveau national, 3000 en Haute-Garonne.

Claire Manaud



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.