Bilan touristique estival: La prudence reste de mise

A l’instar des tendances nationales, le bilan estival de la ville rose est plutôt positif aux dires de l’Office de tourisme de Toulouse. En effet, les premiers indicateurs tendraient à confirmer une saison favorable, tous secteurs confondus. Pour Jean Micoud, directeur adjoint en charge de la promotion et du marketing de l’Office du tourisme, les raisons sont multiples mais se trouvent notamment dans la recrudescence des visiteurs étrangers.

 

Jean Micoud, dans une perspective générale, quel premier bilan l’Office du tourisme dresse-t-il à l’issue de cette saison estivale ?

La tendance générale sur Toulouse suit les grandes lignes nationales sur divers points. D’abord, nous avons observé un raccourcissement de la période estivale qui s’étend maintenant sur quatre à cinq semaines, le mois de juillet ne débutant réellement que le 20. Ensuite, nous enregistrons un prix moyen de dépense en baisse même si nous ne sommes pas encore en mesure de le chiffrer. En tous les cas, nous avons clairement constaté une recherche des meilleurs prix par les touristes, via les sites internet.

 

Quel a été le profil des touristes présents sur Toulouse cet été ?

Nous avons accueilli un public plutôt familial, comme chaque été, mais nous avons aussi observé le retour d’une clientèle espagnole (+ 11 points) qui avait disparu de nos rues l’an dernier, de même que les Britanniques (+ 2 points). Des vacanciers de nationalités que nous n’avions pas pour habitude d’accueillir, ont également été recensés tels les Russes ou les Américains du Sud. Quant aux visiteurs français, leur nombre a stagné cette année, au bénéfice des touristes étrangers.

 

Quels sont les sites touristiques toulousains qui ont été les plus visités ?

Bien sûr, la Cité de l’Espace et le Muséum, mais aussi ce que nous appelons le triangle d’or, à savoir le Capitole, Saint Sernin et les Jacobins, sans oublier les bords de Garonne et du Canal. Plus précisément, la Cité de l’Espace a enregistré une fréquentation en hausse de 7% affichant un mois de juillet légèrement supérieur à 2012, quand le mois d’août a connu des records de fréquentation : le 8 août, les 3 721 visiteurs ont été atteints. En revanche, si le Muséum affiche une hausse de 7%, les autres musées de la ville sont en stagnation, faute au manque d’expositions phares pour attirer le public, comme l’an passé au musée des Augustins qui présentait les œuvres de Caravage.

 

Des prix revus à la baisse

 

Et les visites itinérantes ainsi que les activités en extérieur, ont-elles eu le succès escompté ?

Les visites guidées organisées par l’Office du tourisme ont bien fonctionné et sont même en augmentation de 10%. De même que le Petit train qui a été emprunté par plus de 20 000 personnes. La nouveauté cette année, le Citytour en minibus ouvert, a également tenu ses promesses, particulièrement les après-midi. Sans oublier Toulouse Plages, manifestation sur laquelle les touristes se sont aussi rendus, puisque plus de 350 000 visiteurs y ont eu accès.

 

Finalement, si au début l’été on pouvait craindre un bilan mitigé, la saison s’est relativement bien passée, notamment pour l’hôtellerie ?

Effectivement, Toulouse s’en sort plutôt bien malgré une situation touristique et économique difficile. Et c’est l’hôtellerie haut-de-gamme qui tire particulièrement son épingle du jeu avec 15% d’augmentation de sa fréquentation ceci grâce à la présence d’une clientèle étrangère. Mais le tourisme loisirs a également connu une forte hausse par rapport au mois précédent (+ 15 points), notamment au mois de juillet, ce qui reste une bonne surprise étant donnée la propension au tourisme d’affaire à Toulouse. Ce sont essentiellement les événements tels le cinéma en plein air de la Cinémathèque qui attirent les touristes de loisirs et font de Toulouse une destination de plus en plus prisée.

Concernant l’hôtellerie plus classique, les établissements qui ont enregistré la meilleure fréquentation restent ceux qui ont su adapter leur prix au nouveau mode de consommation, c’est-à-dire à la baisse. Les autres ont un peu moins bien fonctionné. Mais à ceux-là, la concurrence des locations d’appartements et des maisons d’hôtes est à mettre en parallèle, car ce type d’hébergements est de plus en plus recherché.

 

L’inquiétude demeure

 

Les commerçants ont-ils ressenti cette augmentation de fréquentation touristique ?

Nombreux sont ceux qui se disent très satisfaits de la saison car ils ont vu défiler beaucoup de touristes prêts à dépenser. Et ceci tous secteurs confondus. Bien sûr les boutiques de souvenirs ont traditionnellement enregistré un bon chiffre d’affaires, mais certains magasins de décoration ou de vêtements également.

 

Et du côté de la restauration, l’évolution a-t-elle été la même ?

Les retours sont plutôt favorables, mais les professionnels avouent avoir dû baisser leur prix, tout comme dans l’hôtellerie. Les touristes sont apparemment prêts à manger au restaurant, tout en regardant à l’économie.

 

L’inquiétude ressentie début juillet est-elle alors oubliée ?

Nous sommes toujours inquiets car la saison estivale débute de plus en plus tard et même si en septembre la situation ne semble pas mauvaise, il faudra attendre la fin de l’année pour se prononcer. L’économie reste sensible à de nombreuses variables, il serait donc hasardeux de se dire optimiste. D’autant que les réservations s’effectuent maintenant au dernier moment, sur internet. Il est donc de plus en plus difficile d’émettre des prévisions. Nous restons donc prudents !

 

Propos recueillis par Séverine Sarrat

 

Repère : 

L’Office du tourisme lancera en décembre, la 2e vague de son étude sur le profil de la clientèle touristique. Elle permettra de connaître précisément les évolutions des comportements sur les pratiques de séjours, les types de séjours, les hébergements choisis ainsi que la perception de l’accueil en ville et l’image de Toulouse.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.