Benoît Moulas: Entrepreneur militant et engagé

A la tête de la Holding Agora Industries, spécialiste en hautes technologies, Président de l’ICAM (Institut Catholique d’Arts et Métiers) et du Gipi, élu à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Toulouse, Benoît Moulas, entrepreneur militant, ne craint pas les responsabilités et sait s’engager corps et âme.

C’est une vie bien remplie que celle de Benoît Moulas ! Toulousain de souche, il effectue son parcours scolaire au Caousou. Sa nature curieuse, son tempérament volontaire et sa «capacité à développer» lui valent une orientation vers l’ingénierie. Mais l’ICAM Toulouse n’existe pas encore et Benoît Moulas a envie de voir du pays. Le choix est fait : direction Lille pour 5 années d’études ! Un cursus clôturé par un stage de 6 mois en Turquie dont il garde un souvenir prégnant, «ce fut une grosse expérience» se souvient-il. Il poursuit par deux ans de coopération en Algérie.

A son retour, il ressent le besoin de se remettre à niveau en matière de technologie. Il se forme au LAAS (Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes), avec lequel il a toujours des liens aujourd’hui : «Ce labo est une aubaine, une pépinière de créateurs et un sacré savoir-faire !» Il y rencontre des chercheurs CNRS dont Daniel Estève qui sera un «maître» pour lui. Son premier poste : responsable technique d’une ligne de produit micro caméra chez Système Sud : «une belle expérience, là aussi». C’est alors qu’il saisit l’importance des rapports entre laboratoires et industries ; l’une des raisons de son engagement au sein du GIPI, Club d’Innovation Pour l’Industrie qu’il préside, avec pour leitmotiv d’«être une courroie de transmission entre les entreprises et les institutions».

«Toujours avancer, toujours évoluer»

Côté entreprise, Benoît Moulas crée, expérimente, mais ne sacrifie en rien sa liberté entrepreneuriale, ni ne musèle les ambitions pour ses sociétés. «Aujourd’hui le groupe (Holding Agora Industries, ndlr) comprend 4 sociétés, 170 salariés et un CA 2012 prévu à 16 millions d’€. Objectif pour 2013 : atteindre les 300 personnes». Son parcours est empreint de ces valeurs chèrement acquises tous au long de sa vie. Présider l’ICAM, l’école qui l’a formé, lui permet de poursuivre ce militantisme, un titre honorifique qui lui «permet de véhiculer nos valeurs et la méthode ICAM axée sur la responsabilité économique et l’efficacité du service public, du service à la société».

En 2009, il clôt un mandat de 14 ans de juge au Tribunal de Commerce de Toulouse, «une expérience de terrain très forte, incomparable» mais reste engagé avec un mandat consulaire à la CCIT aux côtés D’Alain Di Crescenzo, qui lui permet de poursuivre son combat pour la représentation des PME-PMI. Le quinquagénaire, amateur de golf, de tennis et de Pala, ne cache pas sa fierté lorsqu’il parle de ses enfants, «pour être un entrepreneur accompli, il faut une stabilité affective» assure-t-il, d’autant que l’un d’entre eux poursuit la tradition familiale dans la communication numérique. «Il faut donner pour recevoir» est la citation dans laquelle Benoît Moulas se reconnaît le plus car pour lui, «il faut savoir accepter l’engagement, la démarche doit venir du leader à travers les liens qu’il va créer.»

MA Espa



UN COMMENTAIRE SUR Benoît Moulas: Entrepreneur militant et engagé

  1. Crabère dit :

    CONSOMMATEURS-STOPPONS le CHOMAGE et la RECESSION
    Cadre retraité AIRBUS, bénévole pendant plusieurs années dans une association d’aide à l’emploi puis
    actuellement dans une autre association pour l’aide à la création d’entreprises, je suis de plus en plus
    atterré par les difficultés qu’ont les gens pour essayer de s’en sortir. Dernièrement, j’ai reçu un ‘porteur
    de projet’ qui voulait créer une entreprise en se faisant livrer des conteneurs de bonbons d’Algérie à
    Marseille pour les revendre sur les marchés.
    Après de patientes investigations, j’ai ouvert un blog apolitique : BOURSE de TRAVAUX – CHANGEONS LA DONNE-
    http://eliacin.e-monsite.com/ (via google) que je me permets de vous proposer.
    Il fait un rappel des problèmes de l’ Economie en FRANCE: balance commerciale en déficit de -73milliards€ et une forte
    DETTE de 200 milliards€.
    Il analyse certains paramétres qui ont un gros impact sur le chômage, puis sur les 2 facteurs précédents,
    et, en final, sur les consommateurs qui se retrouve alors dans un processus d’appauvrissement.
    On s’aperçoit cependant qu’en applicant certaines règles de bon sens cette ”spirale” peut s’arrêter ou au moins ralentir.
    En espérant que le contenu du blog ** attire votre attention, je pense qu’il est nécessaire d’expliquer aux “consommateurs”
    quel rôle ils peuvent avoir dans l’économie et sur l’avenir de leur famille. De plus la confiance reviendrait chez certains industriels
    qui n’osent plus investir.
    **Que je vous remercie de diffuser.
    Crabère Henri. L’UNION-31

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.