Bassin laitier Sud-Ouest: La filière laitière dynamise sa compétitivité

Alimentant une population de six millions d’habitants, le bassin laitier du Sud-Ouest bénéficie de conditions exceptionnelles lui permettant de se développer. Pourtant les acteurs de la filière restent inquiets suite à l’annonce de la fin des quotas laitiers à l’horizon 2015. Pour sécuriser leurs activités et dynamiser le secteur, les professionnels du lait et les pouvoirs publics ont signé une convention de partenariat stratégique.

 

Plus vaste bassin laitier parmi les neufs que compte la France, le Sud-Ouest (Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon) représente entre 7 et 8% de la puissance laitière nationale. Pourtant, en dix ans, la filière régionale a vu le nombre d’exploitants baisser fortement ainsi que celui des animaux, ce qui positionne aujourd’hui le bassin du Sud-Ouest parmi les moins productifs. Résultats : les professionnels de la filière sont inquiets. « Les 7 384 exploitants de vaches laitières et les 51 entreprises de transformation traversent une période difficile depuis 2009. En cause, la baisse du prix du lait et la hausse des charges qui engendrent des problèmes de trésorerie »,   témoigne Henri-Michel Comet, préfet de région. A cela s’ajoute la fin des quotas laitiers en 2015 et les incertitudes quant à la réforme de la PAC. En phase de transition, le secteur doit désormais trouver une nouvelle organisation et la réalité du bassin est telle que quasiment tous les partis sont prêts à s’unir : « les difficultés constatées nous ont conduits à tenir une conférence pour s’engager dans une démarche de rassemblement et mettre en place un plan stratégique, un projet politique pour le bassin », précise le préfet. Mais tous n’ont pas ratifié ce plan d’action, tel le syndicat agricole de la Coordination rurale : « pour nous, le plus important reste le prix du litre de lait ce qui n’est apparemment pas la priorité de cet accord », explique Bernard Teysseire, son représentant.

 

Des engagements unanimes

 

Couvrant dix-sept départements, les acteurs de la filière laitière du bassin Sud-Ouest ont donc travaillé depuis deux ans, en partenariat avec les pouvoirs publics, pour établir une stratégie visant à maintenir la productivité du secteur. Pour cela, « la priorité est donnée à l’amélioration de la qualité du lait, la compétitivité de la production, l’accompagnement technique aux exploitants et transformateurs et la mutualisation des moyens », explique Thierry Lanuque, président de Cilaisud (interprofession laitière du Sud-Ouest) et signataire de la convention. Pour parvenir à consolider la production du secteur, les industriels s’engagent donc à prioriser l’approvisionnement des usines situées dans le bassin auprès des producteurs du Sud-Ouest, à maintenir le potentiel de production sur le bassin mais aussi à moderniser leurs outils de transformation et développer l’innovation. De leur côté, les producteurs veilleront à maintenir leur activité sur le bassin en travaillant sur une nouvelle dynamique d’installation. Dans un même temps, ils promouvront l’appui technique auprès de leurs pairs et développeront des outils pour la mise en adéquation de la production avec les fabrications. Les professionnels de la filière laitière comptent alors sur l’intégration de ce plan au Projet d’Action Stratégique de l’Etat (PASE), pour devenir une des priorités du gouvernement.

 

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.