Print O’Clock : « Tarifs et délais de choc »

L’entreprise toulousaine Print O’Clock figure parmi les leaders français de l’imprimerie en ligne. Créée par Antoine Roux, diplômé de Sup de Co Toulouse, la société poursuit son développement et étoffe ses effectifs, affichant un réel dynamisme et une certaine ingéniosité. Success-story d’une entreprise de e-commerce made in Toulouse.

Le numéro deux français sur le marché de l’imprimerie en ligne est Toulousain et s’appelle Print O’Clock. Cinq ans après sa création, la start-up affiche des chiffres plus que significatifs : 100 000 commandes et un chiffre d’affaire de 5,6 millions d’euros. L’aventure commence lorsqu’Antoine Roux, diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Toulouse, alors manager d’artistes, décide de se lancer dans l’impression d’affiches de spectacles. Il crée en 2005 Khilim, une première société lui permettant de répondre plus précisément et rapidement aux besoins de ce secteur qui nécessite une grande réactivité. Sa seconde entreprise voit le jour moins de trois ans plus tard. « J’ai créé une seconde entité, un pure player. Le site a été lancé en mai 2008, au niveau national. Tout est dématérialisé. Au départ, nous proposions des flyers, des cartes de visites, des brochures » explique Antoine Roux. Malgré l’omniprésence des hard discounters allemands, Print O’Clock  trouve sa clientèle et perce dans ce marché pourtant serré. « Nous travaillons en B to B avec des entreprises, des commerçants. Notre plus large clientèle se trouve en Ile-de-France, Midi-Pyrénées se situe en troisième position. Si nous ne vendons pas trop aux  particuliers, nous leur proposons tout de même quelques produits comme des calendriers, des cartes de vœux personnalisables » raconte l’entrepreneur avant de poursuivre : « Au départ nous n’avions pas d’atelier. Aujourd’hui, nous imprimons ici à Toulouse, découpons, enrichissons les documents. Nous expédions en France, au
Benelux et en Espagne. Nous avons progressivement internalisé notre production. »

« Nous voulions un modèle fiable et robuste »

Parti seul, Antoine Roux compte aujourd’hui 23 collaborateurs. Cinq de plus intègreront Print O’Clock d’ici la fin de l’année et l’entrepreneur envisage d’ici 2016, un doublement de ses effectifs. De belles perspectives au vu du contexte économique actuel et de la féroce concurrence outre Rhin. « Nous sommes à l’affût d’innovations, nous essayons d’être précurseurs. En 2010, nous avons lancé l’impression 3D » spécifie-t-il. La société annonce deux millions d’euros d’investissements en cours. Pour la suite, Print O’Clock envisage différents axes : « Nous voulions un modèle fiable et robuste en France. Aujourd’hui nous l’avons atteint » explique Antoine Roux, « maintenant, nous élargissons notre gamme de produits, avec par exemple, des panneaux alvéolaires personnalisés. Nous nous tournons vers les pays du bassin méditerranéen, de l’Afrique noire tout en nous
renforçant sur les zones où nous sommes présents » expose l’entrepreneur
avant de rajouter « Une de nos forces est le délai. La maîtrise de la logistique nous permet un haut niveau d’exigence. Une commande passée sur Lille avant 9h30 peut être livrée le lendemain avant midi. Une autre de nos forces, le service client et le service après-vente.» En 2016, Print O’Clock vise un chiffre d’affaire de 15 M€.

Marie-Agnès Espa

Le chiffre
600
C’est le nombre de tonnes de produits imprimés pour ses clients

Plus d’infos: printoclock.com



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.