Insee: 245 000 actifs de plus en Midi-Pyrénées d’ici 2030

Alors que les réformes des retraites battent leur plein, l’Insee vient de publier une étude visant à se projeter en 2030 et faisant état d’une croissance du nombre d’actifs en Midi-Pyrénées. L’explication se trouverait dans l’augmentation du travail des seniors et l’attractivité de la région toujours plus intense.

 

Pour avoir une vision plus juste de l’évolution du marché du travail, les pouvoirs publics, via la Direccte, ont sollicité une étude de projection quant à l’adaptation des actifs aux mutations économiques. Ceci permettrait d’appréhender de « futures actions et décisions tels des programmes de formation ou des difficultés au recrutement », explique Joël Dubois, [ responsable du service études statistiques et évaluation de la Direccte. Selon un premier scénario suivant les tendances actuelles en Midi-Pyrénées, les femmes en activité de 25 à 44 ans seraient en moyenne aussi nombreuses en 2030 qu’aujourd’hui et poursuivront leur carrière de 45 à 54 ans. Les jeunes (15-24 ans), eux, travailleront plus tôt en 2030 qu’en 2009 suite à un arrêt de l’allongement de la durée des études et au développement de l’apprentissage. Quant aux seniors, ils seront plus nombreux sur le marché du travail puisque la durée de cotisation tend à s’allonger et l’âge limite de départ à la retraite à être reporté. Ainsi, le taux d’activité atteindrait les 75.3% dans 17 ans. L’Insee a également observé, en établissant plusieurs scénarii différents, que si l’activité des seniors de 60-64 ans an 2030 était équivalente à ceux des seniors de 55-59 ans d’aujourd’hui, la population active en Midi-Pyrénées augmenterait de 22%, pour atteindre les 1.6 millions d’actifs, soit 245 000 actifs supplémentaires au minimum.

 

2 seniors actifs pour 1 jeune en 2030

 

Si cette augmentation sera visible sur toute la région, elle ne serait pas répartie de manière équilibrée puisque les bassins d’emploi de Toulouse, Montauban et Foix-Pamiers verraient leur nombre d’actifs progresser de plus de 18%. Cependant, cette tendance se stabiliserait en 2025, suite au départ en retraite de la génération des « baby-boomers », nés dans les années 1970. Mais comment expliquer une hausse de 0.8% des actifs par an, en Midi-Pyrénées ? « Par l’évolution des comportements en matière d’activité et des facteurs démographiques », explique Jean-Philippe Grouthier, directeur régional de l’Insee. Sur la région, l’influence de ces deux coefficients reste équivalente (0.4%), cependant, Toulouse qui subira une forte hausse de sa population active, voit le facteur démographique jouer pour 2/3 de l’augmentation. De même, les apports migratoires participeraient à l’évolution de la population active et compenseraient ainsi l’effet du vieillissement dans certaines zones d’emploi, notamment celle de Toulouse. Car la part des seniors augmentera allant jusqu’à porter le rapport à deux seniors en activité pour un jeune de moins de 25 ans en 2030, sur la région. Et si les seniors prendront de plus en plus de place dans le monde actif régional, la part des femmes en 2030 resterait équivalente à celle d’aujourd’hui, soit 47% de la population active. L’Insee précisant qu’ « il ne s’agit là que d’une projection et non d’une prédiction. » Cependant, l’organisme de statistiques confie « être parti du principe que les créations d’emploi seraient équivalentes à celles de 2000 à 2008. » Problème, la crise économique a sévi entre temps…

 

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.