Agrimip Sud-Ouest fait son Printemps

Alain CHATILLON

Le Printemps d’Agrimip Sud-Ouest Innovation se tient ce jeudi 21 mars à Bordeaux. L’événement est l’occasion de fêter le premier anniversaire du rapprochement de la région Aquitaine avec le pôle de compétitivité. Mais également de dresser un bilan de ses activités.

 

« Le principe de précaution : frein à l’innovation ? » Tel est le thème abordé cette journée. Dans le secteur agroalimentaire, le principe de précaution est souvent au cœur de l’actualité. Vécu par certains professionnels comme un frein ou comme un mal nécessaire, il mérite l’ouverture d’un débat. Pour cela, Jean de Kervasdoué, spécialiste de la question et ingénieur agronome d’AgroParisTech, interviendra au cours de la conférence. Autre invité d’honneur, le philosophe et académicien Michel Serres participera également.

 

Le prix Agrimip des lycéens

Aujourd’hui seront présentés les quatre projets qui concourent au Prix Agrimip des lycéens. Les élèves de terminale et de BTS des lycées de Libourne (33), de Sainte-Livrade (47) et d’Auzeville (31) remettront le trophée au meilleur projet. « On ne leur a donné aucun critère. Ils jugeront selon leur sensibilité et leur vision de la science » précise Patrice Roché, directeur du pôle. Chacun des quatre projets repose sur une technologie innovante. « Neofertil », par exemple, concerne la production de biofertilisants, créés à partir de micro-organismes présents dans le sol. Ce procédé permet de « limiter le rapport azoté de 20 % », et vise donc à contribuer à une agriculture durable et environnementale. Aujourd’hui, 3000 hectares sont ensemencés grâce à cette méthode, qui fonctionne « sur toutes les céréales et peut être vendue dans le monde entier » se félicite Patrice Roché. Autre projet, « E-Pasto » : ce système permet de contrôler les cheptels à distance grâce à des clôtures virtuelles. « Neurophenols » a pour objectif de mettre au point des actifs alimentaires destinés à prévenir le vieillissement chez l’homme et le chien (grâce aux polyphénols, une molécule présente dans les végétaux et connue pour ses effets bénéfiques pour la santé, ndlr). Enfin, « Maiseo » propose une solution pour limiter la consommation d’eau, d’engrais et d’énergie dans la culture du maïs.

 

L’heure du bilan

En cette journée de Printemps, le pôle de compétitivité ne fait pas le grand ménage, mais presque. Les dirigeants d’Agrimip Sud-Ouest Innovation dressent le bilan. Les chiffres sont globalement satisfaisants, mais témoignent d’une certaine sévérité à l’encontre des projets labélisés. Depuis sa création, en 2007, 238 projets ont été labélisés, dont 25 en 2012. « Environ 30% des demandes ont été refusées car nous devenons de plus en plus exigeants sur les business plans et les retombées économiques » explique Patrice Roché. Cela n’enlève rien au fait que le secteur se porte bien. « L’agro alimentaire représente 100 000 emplois en Midi-Pyrénées » rappelle le président du pôle, Alain Chatillon. L’innovation crée l’emploi et Agrimip soutient l’innovation. Sur les 238 projets labélisés, 98 ont été financés par le pôle, avec au total 61,4 millions d’euros de subventions attribuées.

 

Coralie Bombail



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.