Anne Marie de Couvreur-Mondet : « On me dit visionnaire et profondément libre »

A la tête de Mediameeting, premier opérateur de radios d’entreprises en Europe, Anne-Marie de Couvreur-Mondet raconte comment le plus invisible des médias a été l’évidence de son parcours professionnel. Rencontre avec une femme entrepreneur au quotidien chargé, qui a fait de sa passion un métier.

Ce petit bout de femme de 47 ans, originaire de Tulle en Corrèze, est un peu la reine des ondes toulousaines… Fille de fonctionnaire territorial et de cadre hospitalier, elle dit avoir été « élevée dans une éducation à la fois basée sur le sport et le travail. » S’ensuivent un bac avec mention, puis un « pur parcours de communication » : IUT tech de co à Limoges, master 1 information et communication à Bordeaux, master 2 en sciences sociales à Toulouse. Elle intègre un poste de responsable de la communication puis de directeur de la communication chez TDF pour tout le sud-ouest. « Ensuite en tant que consultante senior à la direction générale de France Télécom, j’ai créé la radio d’entreprise en communication interne. » C’est là, dans les locaux de Sud Radio qu’elle rencontre les deux hommes qui allaient devenir ses associés… « Frédéric Courtine, à l’époque directeur d’antenne de Sud Radio et Jean-Louis Simonet qui était responsable des productions Sud Radio. Nous partagions une même vision sur l’avenir du média radio et avons décidé après quelques années de collaboration sur des projets France Télécom de créer une startup spécialisée dans les programmes de radio d’entreprise au sens numérique du terme. » Le 14 janvier 2004 Mediameeting était née.

La passion d’un média pudique

«Depuis toute petite j’écoutais la radio la nuit », explique-t-elle, j’avais un petit poste sous mon oreiller…» Grandie à coup d’émissions radio diverses et variées, elle en parle comme d’un « média magnifique », évoquant que « l’absence d’image favorise l’imaginaire individuel et crée une relation très forte avec l’intervenant. C’est un média très pudique, on peut dire des tas de choses même intimes, on n’est jamais vulgaire. » Aujourd’hui parfaitement parvenue à joindre l’utile à l’agréable, elle annonce non sans fierté que « Mediameeting va très bien dans un contexte de crise fort. » Et pour preuve : 40% du CAC40 sont clients de la société, qui se développe aujourd’hui vers d’autres horizons comme la formation à la prise de parole ou l’accessibilité audio à destination des collectivités. Un fil rouge perdure néanmoins : la démocratisation de l’accès à l’information.

« Je suis entrepreneur avant tout »

« Etre une femme chef d’entreprise, c’est avant tout être entrepreneur, on ne vous excusera ou pardonnera rien parce que vous êtes une femme, au contraire ! » Et si elle raconte ne pas avoir rencontré de difficultés majeures dans son parcours, elle admet qu’il y a « parfois des sourires… » Sa réponse ? « Adopter des postures de travail qui correspondent au contexte dans lequel j’évolue : vouvoyer, serrer les mains, un code relationnel adapté en quelque sorte. » Son entourage la définit comme une visionnaire, elle-même se dit « profondément libre, travailleuse, juste et exigeante. » A la tête de 70 salariés, Anne-Marie de Couvreur-Mondet souhaite aujourd’hui faire grandir sa société sans détours, en allant à l’essentiel et en se préservant : « Le métier que je fais est violent. J’ai besoin de douceur et me ressource au quotidien dans mon chalet en bois bioclimatique, sur les coteaux nord de Toulouse. Il me permet de garder mon ancrage dans la terre. » A ses heures perdues, elle trouve encore le temps d’écouter ses émissions préférées : « Europe 1 le soir, France inter la nuit… la radio est un média passif, il accompagne l’activité.» Une redoutable passionnée.

Aurélie Renne



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.