Air Corsica ouvre la ligne Toulouse-Ajaccio

La compagnie Air Corsica a ouvert depuis le 19 avril dernier, une ligne Toulouse Ajaccio. La veille, l’inauguration officielle de cette nouvelle destination a réuni les dirigeants de la compagnie, ceux de l’aéroport Toulouse-Blagnac ainsi que de nombreux élus. Une promotion indispensable pour cette ligne qui sera ouverte à l’année. Ce choix audacieux devra être rentabilisé par des relations d’affaires entre les deux régions.

« Avec cette nouvelle ligne, on établit un lien constant entre Midi-Pyrénées et la Corse. Elle sera le moyen d’enrichir ces deux territoires, et pas seulement de manière touristique », affirme Jean-Michel Vernhes, président du directoire de l’aéroport Toulouse-Blagnac. En effet, une ligne ouverte toute l’année va devoir intéresser d’autres personnes que les vacanciers, car « on visite rarement la Corse  au mois de novembre », remarque, perspicace,  Paul Giacobbi, président du conseil exécutif de Corse (équivalent d’un président de région, ndlr). Les deux régions espèrent développer des relations économiques étroites. De ce point de vue, « Toulouse était une évidence, car elle s’impose comme une technopole européenne, avec une industrie de pointe et une recherche universitaire réputée », avance François Mosconi, président du Conseil de surveillance d’Air Corsica.

En réalité, les liens économiques entre les deux collectivités sont anciens. « A la création d’Air Corsica, nous avons fait le choix de l’ATR 312. Depuis, la compagnie est un fidèle client » rappelle François Mosconi.  Et l’histoire ne s’arrête pas là. En 2001, les dirigeants du premier transporteur aérien de Corse, étudient les produits Airbus et Boeing. Une « joute concurrentielle » remportée par le fabriquant européen. En outre, la Corse accueille « une entreprise de sous-traitance d’Airbus, de premier rang » tient à ajouter Paul Giacobbi. En bon représentant de son territoire, celui-ci précise « les efforts » de l’île de beauté pour créer des industries : « C’est une Corse qu’on ne connaît pas. On l’accuse souvent d’être non productive, alors que son économie n’est pas différente des autres régions françaises. » Le Conseil exécutif corse, qui détient la majorité des parts d’Air Corsica, espère « une activité d’affaires autour de l’aéronautique, mais également sur d’autres sujets ». Philippe Guérin, président du Comité régional du tourisme de Midi-Pyrénées, envisage notamment « des échanges culturels et sportifs. Nous avons une équipe de rugby qui est un peu connue… »

Enfin, le tourisme est une activité économique importante pour Midi-Pyrénées, et cette ligne a également pour objectif d’attirer les Corses vers notre territoire. Air Corsica prévoit jusqu’à cinq vols par semaine jusqu’à la fin de la saison estivale 2013, et a établi des prix attractifs pour les touristes, qui débutent à 49 euros. Aujourd’hui, environ « 50% des vols Corse-Toulouse sont des gens qui viennent visiter notre région » précise Sonia Ruiz, adjointe au maire de Toulouse, en charge du tourisme. La réciproque ne sera sûrement pas une difficulté pour la compagnie, bien que « nous avons aussi une part d’ombre… », ironise Paul Giacobbi.

Coralie Bombail



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.