Agroalimentaire: Démultiplier les atouts de la Région

Guillaume Garot, ministre délégué chargé de l’agroalimentaire

 

Suite au Conseil Administratif du pôle de compétitivité agricole et agro-industriel Agrimip Sud-Ouest Innovation, Guillaume Garot, ministre délégué chargé de l’Agroalimentaire a souligné la dynamique de Midi-Pyrénées et les actions régionales visant au rayonnement de ses produits à l’international.

En pleine affaire de la viande de cheval dans les plats cuisinés, l’agroalimentaire a vivement besoin de retrouver grâce aux yeux des Français. C’est en Midi-Pyrénées que Guillaume Garot, ministre délégué chargé de l’Agroalimentaire a choisi de se rendre pour apporter son soutien à la filière. La Région, qui occupait 2 500 m² au Salon de l’Agriculture pour vanter la qualité de ses produits locaux, est la plus vaste de France et emploie 25 000 personnes dans le secteur de l’agroalimentaire pour réaliser 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an. Midi-Pyrénées démontre ainsi son intérêt pour l’activité et attire celui du ministère, collaboration que Martin Malvy, président de région souhaite développer.Ce dernier tient à rappeler au ministre délégué que le Conseil Régional travaille à la dynamisation de la filière sur son territoire, notamment « par la signature de 1 700 contrats d’appui au développement, par l’accompagnement des entreprises via les deux agences MPE et MPI, par les appels à projets type Epicure (2 millions d’euros par an y étant affecté) et par des opérations innovantes visant à élaborer des dispositifs à l’international. » Car l’exportation des produits locaux représentent quelque 2 milliards d’euros et reste une priorité économique pour l’agroalimentaire.

 

Midi-Pyrénées, gage de qualité

 

Pour ce faire, la Région annonçait l’ouverture de la première maison « Sud-Ouest France » en Chine, plus précisément à Wuhan, pour exporter la qualité locale. Dispositif que soutient Guillaume Garot car « l’international est une force qui servira à consolider les emplois sur notre territoire. » Gage d’excellence et en perpétuelle recherche de cette qualité, « Agrimip, par l’innovation, permet de garantir aux Français une assiette sûre, saine et pleine », ajoute-t-il. Pour le ministre délégué, l’agroalimentaire doit devenir une force du redressement économique du pays, mais pas à n’importe quel prix. « La crise de confiance que nous connaissons doit trouver une réponse dans la qualité des produits certifiés tels ceux proposés en Midi-Pyrénées. Pour le reste, le gouvernement renforcera les contrôles vétérinaires durant toute l’année, mais les entreprises du secteur devront également s’autocontrôler si elles ne souhaitent pas tomber en disgrâce aux yeux même des Français. » Il faudra alors que les politiques publiques soutiennent l’activité de la filière notamment en permettant aux entreprises de se moderniser, et « c’est ce que fait la Région », se félicite Guillaume Garot, « en choisissant la voix du développement, de la croissance et donc de l’emploi, elle va de l’avant et garde une volonté de démultiplier ses atouts pour porter l’agroalimentaire. »

 

Séverine Sarrat

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.